^

Société

Une nuit d’horreur

Roubaix, une adolescente paraplégique dévorée par les rats

On pourrait croire à un film d’horreur, pourtant c’est l’effroyable calvaire qu’a vécu une adolescente paraplégique à Roubaix, pendant la nuit des rats l’ont attaqué et gravement blessé pendant son sommeil.

Des faits cauchemardesques

Tout se passe normalement vendredi soir, dans une petite maison du quartier Moulin-Potennerie à Roubaix. Les parents de la jeune Samantha qui est paraplégique la couche dans son lit médicalisé et monte à l’étage se coucher. Le lendemain, ils découvriront une scène effrayante. « c’était samedi matin, explique Jérôme, le père de l’adolescente. La veille, nous sommes allés nous coucher à l’étage. Il n’y avait aucun problème. Ma fille de 14 ans, paraplégique, dort au rez-de-chaussée, dans un lit médicalisé. Vers 7h, samedi, nous sommes allés la voir. Samantha baignait dans une mare de sang.  » Au départ, le Roubaisien pensait « à un cambriolage qui avait mal tourné  ». Ensuite, il a vu qu’ « elle saignait des oreilles, [il a] cru qu’elle avait été victime d’une hémorragie cérébrale  ».
Ils ont alors appelé les secours, deux ambulances sont nécessaires pour soigner les multiples blessures qui recouvrent l’ensemble du corps de l’adolescente. Une patrouille de police est également envoyée sur place et procède aux constatations. Les secours constatent des plaies au visage, à la base du cou, aux mains, aux jambes et, dans une moindre mesure, aux oreilles et au nez. L’attaque est décrite comme « très violente » sur cette adolescente sans défense.

Selon les premiers éléments de l’enquête, confirmés depuis par un médecin légiste, les blessures ont été causées par une « meute de rats » qui aurait attaqué l’adolescente durant son sommeil. Comme en témoigne son père, «  elle ne peut pas sortir de son lit. Du fait de sa maladie, elle est moins sensible à la douleur que nous. Elle a dû sentir les rats s’activer sur elle mais elle n’a pas eu la présence d’esprit de nous appeler. Selon les médecins, c’est un phénomène assez rare. Les rats n’attaquent quasiment que les personnes mortes  ». Toute la famille est encore choquée par ce qu’a pu subir Samantha. Presque une semaine après ce drame, elle se remet difficilement de ses blessures. « Elle a reçu une batterie de vaccins. Ses bouts de doigts ont été bouffés, ce n’est pas opérable. Concernant la rage, les résultats sont revenus de Pasteur et ils sont plutôt positifs. Il faut aujourd’hui que ses blessures cicatrisent. L’hospitalisation pourrait durer encore plusieurs jours  ».

Les rats seraient venus à cause d’un amas de poubelle dans le quartier. La famille qui a été logée rapidement ailleurs, ne compte pas en rester là. Le père a porté plainte contre son bailleur, Soliha, et contre la ville de Roubaix. Il leur avait demandé à plusieurs reprises, en vain, que soit retiré un amoncellement de poubelles dans le quartier. Il les accuse de négligences. Selon lui, c’est un amas de poubelles laissé sur le parking de la courée où il vit qui a attiré les rats. «  Depuis fin 2012, je multiplie les demandes auprès des différents services parce que nous sommes victimes d’invasions en tous genres. Le service hygiène de la ville est venu à deux reprises. Rien n’a bougé. Ce n’est pas parce qu’on est au RSA, qu’on vit dans une courée à Roubaix, qu’on doit être traités comme des animaux  ».

Une région dévastée par la pauvreté

Ce qu’il s’est passé dans ce quartier de Roubaix trouve ses causes justement dans la pauvreté de la ville. Agnès Démotié, directrice de Soliha, déclare que « c’est un problème récurrent dans le quartier. Tous les riverains amènent leurs poubelles sur ce site privé en les faisant passer par-dessus la balustrade du parking ». Au delà des comportements individuels, c’est bien l’extrême pauvreté et la déshérence du quartier qui est la cause du malheur. Si le quartier Moulin-Potennerie est moins pauvre que l’ensemble de la ville de Roubaix, il n’en reste pas moins un quartier pauvre. Les habitants sont à 64% des employés ou des ouvriers. La moyenne de revenu par ménage est de 21 800 euros par an soit 908 euros chacun par mois. 39% des logements du quartier sont des HLM. Il y a 20 % de chômage contre 29% à Roubaix. Un des aspects le plus abject dans ce qui est arrivé c’est que dans ce quartier pauvre, où les ordures s’amoncellent, la taxe foncière y compris ordures ménagères est très élevée, à hauteur de 61%. Roubaix qui a longtemps était la ville la plus pauvre de France est actuellement selon l’INSEE en 6ème position. 42,3 % de personnes vivent donc sous le seuil de pauvreté (987 euros par mois en 2012), alors que la région se situe à 18,1 %. Une commune comme Denain dépasse légèrement Roubaix avec 42,6 %, loin derrière le 3e arrondissement de Marseille, à 52,8 %, Grigny en Essonne, qui atteint 44,8 % ou encore Clichy-sous-Bois, à 44,5 %.

Le taux de chômage, dans la région, pour les 15 à 64 ans, atteint 16,5 % en 2013. À Roubaix, on comptabilise quasiment le double avec 30,9 % On note donc une augmentation depuis la crise, puisqu’en 2006, ce taux s’élevait à 28,2 % pour Roubaix et 29,9 % en 2011. En 2013, chez les moins de 30 ans, 51,2 % vivent en dessous du seuil de pauvreté à Roubaix contre 34 % dans la région. L’évolution du taux de jeunes (moins de 25 ans) non insérés (ni en emploi, ni en formation) est édifiant à Roubaix. En 1999, ils étaient 33 %, en 2011, ils étaient 38,9 %.

Cet enchaînement de statistique a pour but de démontrer que ce qui est arrivé à Samantha n’est pas un fait divers. Si c’est arrivé, c’est bel et bien à cause de l’extrême pauvreté de la ville de la région. Une région dévastée par le chômage de masse, la pauvreté et la précarité. Lorsque l’on circule dans les rues de Roubaix, il est difficile de penser qu’à quelques stations de métro on est au beau centre-ville de Lille. Les gens habitent dans des immeubles qui en guise de double vitrage se contentent de carton. Des traces d’incendie lézardent les murs dénués de revêtement. La désindustrialisation des années 70-80 a porté un coup à la ville, alors que dans les années 70, la lainière de Roubaix employait plus de 10 000 personnes, en 2000, elle a définitivement fermé. Toutes les nouvelles générations sont vouées au chômage de masse et à la pauvreté. Alors si une enquête préliminaire a été ouverte pour « conditions d’hébergement contraires à la dignité humaine », il faudrait un jour penser à faire un procès aux capitalistes et aux gouvernements successifs qui n’ont pas arrêté, pour simplement des questions de profits, détruit un tissu économique important. Roubaix était la capitale mondiale de l’industrie du textile au début du XXème siècle, elle est maintenant la capitale française de la pauvreté. Que justice soit faite pour Samantha et sa famille et que justice soit faite pour ces milliers de personnes condamnées à la pauvreté et au chômage par un système pourri qu’est le système capitaliste, un système qui permet qu’au XXIème siècle une adolescente soit dévorée par des rats.

Crédit Photo : PRESS ASSOCIATION




Mots-clés

précarité   /    Chômage   /    Société