^

Monde

Finale de la Coupe du Monde

Russie. Les Pussy Riot condamnées à 15 jours de prison

Quatre membres du groupe de punk Pussy Riot avaient envahi la pelouse lors de la finale de la Coupe du Monde. Elles ont été condamnées à 15 jours de prison.

Crédits photo : AP Photo/Thanassis Stavrakis

Les quatre activistes des Pussy Riot qui ont envahi le terrain de jeu lors de la finale de la Coupe du monde ont été condamnées à 15 jours de prison par un tribunal de Moscou, le lundi 16 juillet. Elles ont également été interdites d’assister à des manifestations sportives pendant trois ans.

Cette condamnation souligne une fois de plus l’aspect répressif et persécuteur du régime russe, qui cherche pourtant à surfer sur la Coupe du Monde pour redorer son image à échelle internationale. Vladimir Poutine a soutenu que la tenue de cet événement a contribué à combattre certains stéréotypes négatifs sur la Russie et a déclaré, une fois le match France - Croatie terminé, que les Russes peuvent « sans aucun doute être fiers de la manière dont nous avons organisé ce tournoi […] Nous avons fait de ce grand événement un succès dans tous les aspects. »

La Russie obligée d’indemniser trois activistes des Pussy Riot

Cependant, ses politiques éminemment répressives peuvent devenir coûteuses à Poutine. Mardi 17 juillet, à peine un jour après cette condamnation, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a statué, à propos d’une autre affaire, que la Russie devait indemniser trois membres du groupe Pussy Riot pour des « violations multiples » commises au cours de leur emprisonnement en 2012.

Les activistes avaient été condamnées pour une protestation contre le Kremlin dans une cathédrale de Moscou. Selon la sentence, la Russie a violé les droits humains des trois femmes, qui ont subi des traitements inhumains et dégradants au cours de leur procès.

La Russie devra payer à deux des militantes 16 000 euros chacune en réparation de dommages personnels, et 5 000 euros pour la troisième. En outre, les trois femmes ont droit à 11 760 euros de dommages et intérêts.




Mots-clés

Coupe du Monde 2018   /    football   /    Droits des femmes   /    Russie   /    Répression   /    Monde