^

Notre classe

« Mesures disciplinaires » contre des grévistes

SNCF. 400 cheminots répondent à l’appel de la CGT et de Sud Rail contre la répression

Ce vendredi 27 juillet, à l'occasion de la journée de grève appelée par la CGT , un rassemblement national était organisé contre la répression qui touchent certain grévistes. 400 cheminots venus de toute la France ont répondu à l'appel.

Alors que la première mi-temps de la bataille du rail s’est terminée avec les vacances d’été, la direction de la SNCF passe à l’action sur le volet répressif. C’est ainsi que des grévistes combatifs sont dans le collimateur. C’est le cas de Jeff, cheminot nimois, malmené par Pepy et sa bande pour avoir... allumé un fumigène. C’est aussi le cas de Yannick, cheminot de Tours qui avait arrêté la circulation des trains lorsque des CRS étaient descendus sur les voies ! La SNCF lui reprochant tout simplement d’avoir signalé la présence des personnes sur les voies, alors que cela fait partie de son travail...

Ces cheminots ont surtout le tord, au yeux de la SNCF, d’avoir été des militants actifs de la longue bataille du rail. Salariés protégés, Yannick et Jeff doivent faire face à une procédure de radiation, qui doit passer, en plus du conseil de discipline habituel, par un vote lors du comité d’entreprise de la SNCF, avant de passer entre les mains du ministère du travail qui prendra alors la décision de radier, ou non, les deux cheminots. Une procédure similaire à celle menée à l’encontre de Gaël Quirante, postier du 92 et licencié par Murielle Pénicaud en personne.

C’est autour de ces deux cas emblématiques, mais aussi contre les conseils de disciplines qui s’enchainent depuis plusieurs semaines, que la CGT et Sud Rail, dans le cadre de la journée de grève du 27 juillet à l’appel de la CGT, ont appelé à un rassemblement national ce matin, à 8h30, à la gare du Nord. De nombreux cheminots venus de Lyon, Béziers, Tours, Nîmes et de bien d’autres villes, ont répondu à l’appel, après plus de 3 mois de lutte et en plein cœur de l’été pour faire comprendre à la direction qu’ils ne laisseront tomber aucun de leurs collègues menacés de répression. C’est ainsi que 400 cheminots étaient présents, des syndicats CGT, Sud Rail et des non-syndiqués, pour afficher leur solidarité avec les camarades réprimés et afficher leur détermination à faire collectivement face aux attaques de la direction de la SNCF.

Un rassemblement réussi qui démontre que le gouvernement et la direction de la SNCF, qui n’ont pas hésité à les accueillir avec une dizaine de camions de CRS, n’en ont pas encore fini avec la détermination et la combativité des cheminots !




Mots-clés

Bataille du rail   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Répression   /    Notre classe