^

Notre classe

Une lutte invisible mais déterminée

Saint-Denis. Grève massive à SFR contre les suppressions de postes et les baisses de salaires

Depuis mardi, les techniciens de la supervision des réseaux de SFR sont massivement en grève à Saint-Denis, après l’annonce par la direction de suppressions de postes et de baisse des conditions salariales.

Après la mobilisation qui a conduit à la fermeture de nombreuses boutiques SFR sur tout le territoire samedi 1er avril, c’est au tour des techniciens en charge de la supervision des réseaux de rentrer en lutte contre les mauvais plans patronaux. En effet, ceux-ci viennent d’apprendre, en début de semaine, qu’ils ne seraient pas épargnés par les suppressions de postes et la détérioration des conditions salariales annoncées à l’échelle du groupe. Et ce malgré les promesses de leur PDG, lui-même sous la tutelle d’Altice, la multinationale de Patrick Drahi, le « milliardaire du câble » qui détient les principaux médias et la quasi-totalité du câble français. Autant dire que lorsque des salariés du groupe se mettent en grève, l’information tarde à être relayée dans les grands médias.

Les salariés de la supervision, en charge de garantir l’absence de pannes sur les réseaux de SFR, font face à la menace de suppression de près de la moitié de leurs effectifs, liée à l’externalisation de leur travail. A l’annonce de la nouvelle, ils ont décidé de se mettre massivement en grève ce mardi, dans deux services basés à La Plaine Saint-Denis, comptant au total plus d’une centaine de salariés. Ces techniciens, qui tournent en 3 équipes de 8 heures pour assurer une rotation 24 heures sur 24, se sont également relayés sur le piquet de grève, avec 100% des effectifs mobilisés sur chacune des équipes. L’un des 2 services, qui compte environ 25 salariés, a même reconduit le mouvement et se déclare actuellement en « grève illimitée et reconductible », comme ils l’ont fait savoir aux passants par voie de tracts ce mercredi. Les salariés, qui se disent « sous le choc », exigent une réponse de leur direction, qui fait la sourde oreille et reste dans le flou le plus complet sur ses plans de casse de l’emploi. Ce refus d’engager un quelconque dialogue avec les salariés n’augure rien de bon et doit renforcer les grévistes dans leur détermination, car il s’agit bien de la seule façon de résister aux plans drastiques de suppressions d’emploi et de dégradations de travail à SFR et ailleurs.




Mots-clés

Saint-Denis   /    SFR   /    Grève   /    Notre classe