^

Politique

Après les deux notes de lecture à 100.000 euros de Pénélope Fillon…

Saleté à Paris : Hidalgo dépense 224.580 euros pour en avoir le cœur net !

Nouvelle révélation du Canard Enchainé ! Après la baronne Pénélope Fillon et ses notes de lecture à 200.000 euros, c’est chez la maire de Paris, Anne Hidalgo que le palmipède vient voler dans les plumes. Celle-ci aurait dépensé pour une expertise sur la propreté – ou plutôt la saleté- à Paris la modique somme de 225.000 euros… soit 14 pages de rapport qui attestent que Paris est sale.

Pour rendre Paris plus propre, Anne Hidalgo n’y va pas avec le dos de la cuillère : 224.580 euros ont été déboursés uniquement pour s’en persuader et pour confier à Ifop, institut de sondage qu’on ne présente plus et l’agence de communication Planète publique, la lourde charge d’aller enquêter auprès des parisiens. Des 105 concitoyens interrogés est sorti un rapport de 14 pages (soit 16.000 euros la page) pour 3 jours de travail. L’objectif étant d’aller à la rencontre des citoyens pour qu’ils puissent offrir de « belles propositions ».

Ce n’est pas la première fois que les politiques ont la main lourde avec les sondages – et l’argent public. On se rappelle du mandat de Nicolas Sarkozy qui avait déboursé près de 9.4 millions d’euros de sondage sur la période de son quinquennat. Ou du sondage à 53.000 euros commandé par Matignon en avril 2017, alors que Manuel Valls était encore aux commandes qui demandait aux sondés « à quel animal ressemble Manuel Valls ? ». Avec des pratiques qui ne sont parfois pas loin des conflits d’intérêts.

Pourtant, pour le cas d’Hidalgo, et pour améliorer la propreté à Paris, des solutions très simples tombent sous le bon sens : instaurer des sacs en papier dans les marchés, faire baisser les loyers pour permettre aux vendeurs de rue de s’installer dans des établissements et dans des locaux, ouvrir des halles pour accueillir les marchés et donner des emplacements tout en légalisant les marchés de rue ; réintroduire des chats pour dératiser la ville et éviter l’usage de produits chimiques… Et surtout, surtout, utiliser l’argent public pour améliorer les conditions de travail et les salaires des agents de nettoyage de la ville de Paris qui se sont mis en grève à plusieurs reprises ces dernières années, augmenter les effectifs et valoriser leur travail et leur métier à la hauteur de l’utilité publique qu’ils apportent.

Crédits : Kenzo Tribouillard AFP




Mots-clés

Anne Hidalgo   /    Paris   /    Politique