[BESTIAIRE. TOUT ANTICOMMUNISTE EST UN CHIEN]

Sarkozy, Clémenceau et la soif d’idéal

bestiaire

Sarkozy, Clémenceau et la soif d’idéal

Les commémorations de la Grande Guerre, ça paie. En novembre 2011, Sarkozy avait déjà fait très fort lors de l’inauguration du musée de 14-18 à Meaux, la ville de celui qui était encore son copain, alors, Jean-François Copé.

J’ai donc décidé, vous le savez, que le 11 novembre soit désormais l’occasion pour la Nation de rendre hommage aux morts de tous nos conflits, ceux du XXème siècle aussi bien que ceux des combats présents. Il nous faut nous souvenir de l’ensemble des batailles menées par notre pays, sur tous les théâtres d’opérations, au nom de la République, du Droit et des valeurs universelles de l’Humanité. Parce que, pour reprendre la phrase de Georges Clémenceau à la Chambre des députés, le 11 novembre 1918, "la France, hier soldat de Dieu, aujourd’hui soldat de l’humanité, sera toujours le soldat de l’idéal !".

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
MOTS-CLÉS

[RP Dimanche]   /   [14-18]   /   [Armée française]   /   [Nicolas Sarkozy]   /   [Politique]

COMMENTAIRES