^

Politique

Débat présidentiel

Ségolène Royal dénigre « les petits candidats » et Poutou pour mieux protéger Macron

Interrogée sur CNews mercredi soir sur le débat présidentiel entre les 11 candidats du 4 avril, Ségolène Royal, qui n’a toujours pas dit clairement qui elle soutenait pour la présidentielle, en a profité pour tacler les « petits candidats » comme Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, qui ont bousculé le débat.

Quel candidat soutient Ségolène Royal ? L’ex-ministre continue d’entretenir le flou sur ses choix politiques tout en envoyant régulièrement des signes de son rapprochement avec Emmanuel Macron. L’ancienne candidate à la présidentielle, invitée sur le plateau de CNews, a été interrogée par Laurence Ferrari mercredi soir sur le débat présidentiel du 4 avril. Un débat historique dans lequel des « petits candidats », Philippe Poutou tout particulièrement, ont sorti leur épingle du jeu. Une « irruption » qui n’a pas été du goût de Ségolène Royal.

Cette dernière estime que ces « petits candidats » ne sont que « des idéologues talentueux ». Elle ajoute : « C’est aussi une forme de déstabilisation par rapport aux candidats qui aspirent à assumer les responsabilités donc ça peut être intéressant dans un débat mais c’est assez dangereux aussi parce que comme ils savent qu’ils ne vont pas accéder aux responsabilités, ils peuvent avoir un discours beaucoup plus caricatural, plus idéologique qui mérite plus d’être porté dans des débats intellectuels indépendamment des échéances électorales, que lors de ces grands choix nationaux qui vont engager le pays pour 5 ans ». Pour Ségolène Royal, Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud ne seraient que des « idéologues », des irresponsables, venus perturber un débat « sérieux » entre ceux, les vrais, qui se préoccupent réellement et sincèrement des grandes questions économiques et sociétales de la France.

Pourtant, il semblerait que ce soit tout l’inverse et que « l’irruption » de ces « petits candidats » au dîner des « grands » ait plutôt été appréciée.Plusieurs de ses interventions sur le plateau ont suscité une vague de réactions sur les réseaux sociaux, saluant le franc-parler du candidat du NPA. Parce que« Philippe Poutou a dit ce que tout le monde pense »en mettant les pieds dans le plat sur les affaires de corruption concernant Fillon et Le Pen assis à quelques mètres de lui. Le surlendemain, à l’image d’autres politiciens de droite comme de gauche, Ségolène Royal a choisi de sortir les crocs pour protéger son champion. Car Emmanuel Macron, l’ex banquier, n’est pas en reste. Lui aussi fait parti de cette « grande famille » qui s’en met plein les poches, méprise les travailleurs et les plus précaires, profite de l’argent du contribuable.

Philippe Poutou a d’ailleurs rappelé sur le plateau que Macron affirmait, il y a peu, vouloir supprimer le terme de « compte de pénibilité » parce que cela sous entendrait que « le travail est une douleur ». Macron a préféré ne pas répondre ou plutôt faire profil bas face à cette attaque. Ségolène Royal n’a semble-t-il pas aimé que l’on s’attaque à son bichon et préfère qu’à l’avenir, des « petits candidats » comme Poutou n’aient plus le temps d’approfondir et d’exposer face à des millions de français le vrai visage de Macron : celui d’un candidat du système qui ne connaît rien au travail.




Mots-clés

Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    PS   /    Macron   /    Politique