^

Jeunesse

Débats au sommet

Sélection à la fac. La réforme d’APB en cours d’élaboration

Après multiples concertations, une synthèse des conclusions tirées par les différents groupes de travail mis en place doit être présentée à la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce jour. Dans deux semaines, cette dernière devrait nous donner le fin mot du débat sur la sélection.

Crédits photo : E. Vaillant et C. Strombon

Au mois de septembre, Frédérique Vidal annonçait : « Le système APB actuel n’existera plus. » Pour mener à bien son projet de réforme, elle a réuni douze groupes de travail, composés de présidents d’université, d’enseignants, de syndicalistes étudiants et lycéens, et du Medef. Tous ces groupes avaient jusqu’au 13 octobre dernier pour réfléchir à une nouvelle réforme de l’université et du portail APB. Le recteur Daniel Filâtre, rapporteur de la concertation, en remettra une synthèse à la ministre ce jour.

En effet, Vidal a promis l’abandon du tirage au sort via cette réforme, tirage au sort qui avait soulevé des polémiques lors des admissions APB. Par exemple, plus de 10 000 candidats en 2017 n’ont pas pu avoir accès à la formation qu’ils ont demandé en premier vœu, faute d’avoir été choisis par le hasard. Selon la Cour des compte, ces types de problèmes que génère l’algorithme d’APB « ne sont pas techniques mais relèvent de dispositions juridiques et de décisions politiques », et nécessitent donc « une réforme à mener sans délai. »

Pour abandonner le tirage au sort, la ministre proposait d’imposer des « prérequis » pour chaque filière. La Cour des comptes reprend cette proposition, mais va plus loin. Pour cet organisme, c’est le code de l’éducation qui doit être modifié « afin de fixer des critères suffisants pour classer les candidatures aux licences universitaires. » Une solution efficace pour rendre légale la sélection à l’université : l’intégrer directement dans le code de l’éducation.

Cependant, ce n’est pas l’avis pour l’instant des groupes de travail. Celui pourtant chargé de réfléchir à l’accès à l’Enseignement supérieur, laisse la question de la sélection à l’entrée de l’université sur la base de « prérequis » filière par filière « non tranchée. » Un premier désaccord de taille, qui laisse prédire de longs débats sur le sujet. Le projet de réforme censé être révélé dans quinze jours, pourrait bien faire du sur place tant que le débat persiste.




Mots-clés

Plan Vidal   /    Sélection à l’université   /    Université   /    Jeunesse