^

Politique

Quand il ne joue pas de la matraque, Macron se joue des mots

Sélectionneur des bleus et Président : les deux métiers les plus difficiles selon Macron

« Il y a deux fonctions très difficiles : c'est Président de la République et sélectionneur de l'équipe de France de football » a déclaré Emmanuel Macron à une Ruth Elrkief dévote d'admiration. A quand l'ouverture d'un compte pénibilité pour ces deux métiers éprouvants ?

Humour de riches

Farceur, Emmanuel Macron fait dans la boutade. Il déclarait récemment à une Ruth Elrkief dégoulinante d’obséquiosité qu’« il y a deux fonctions très difficiles : c’est Président de la République et sélectionneur de l’équipe de France de football ». Et Macron de préciser derechef qu’il « dit ça en plaisantant. » La France est hilare, son monarque la divertit comme il faut. Car on connaissait un Macron-Bonaparte, un Macron président des riches, un Macron qui envoie ses forces de l’ordre réprimer à coups de matraque les mouvements sociaux (étudiants, cheminots, ZAD...), on découvre désormais un Macron farceur et mutin, tout en boutades et traits d’esprit. Après sa sortie sur les fainéants et les cyniques, « ceux qui mettent le bordel », les « illettrés » de Gad, ou encore sur le « costard » contre le « T-shirt », Macron a le sens de la blague.

C’est qu’Emmanuel Macron est visiblement plus prompt à commenter l’actualité footballistique que l’actualité sociale. Il faut dire qu’il a passé plus de temps (soit une minute en tout et pour tout) à commenter la non-sélection de Benzema en équipe de France qu’à évoquer les répressions multiples et brutales qui s’abattent sur le moindre écart face à une politique ultra-réactionnaire qui vise à imposer l’ordre par la force brute de la coercition. On aimerait le voir aussi habile commentateur lorsqu’il s’agit de commenter les gardes à vue ignominieuses des lycéens et lycéennes d’Arago ou encore évoquer la situation de Maxime, jeune homme mutilé à Notre-Dame-Des-Landes des suites de l’explosion d’une grenade des forces de l’ordre.

Le métier le plus difficile

En effet, s’il est un métier éreintant c’est d’abord sélectionneur de l’équipe de France. Il faudrait d’ailleurs songer à instaurer un compte pénibilité pour tous ces sélectionneurs qui souffrent affreusement des lombaires à force de rester assis sur un banc de touche des centaines d’heures durant. A côté, le métier de cheminot avec ses trois huit, c’est une sinécure.

Quant à celui de Président, on a rarement vu métier plus difficile !

Pensez donc ! Il suffit de se souvenir de l’interview de Macron par Laurent Delahousse pour en avoir un aperçu. On voyait les deux compères flâner dans les couloirs de l’Elysée, passant d’une pièce à l’autre, commentant ici une horloge en bois, là une commode en acajou. Ce genre de marches épuisent, c’est bien connu. Et encore, ce n’est rien : il faut parfois signer tout un tas de lois réactionnaires sur l’immigration, les aides sociales, l’éducation, supprimer l’ISF et l’APL etc. C’est qu’il est épuisant de mener une guerre sociale sur tous les fronts à la fois.

Tous les travailleurs et travailleuses peuvent aller se rhabiller – et sont priés de cesser de mettre le bordel. Car le métier le plus difficile de France c’est Président. Et sélectionneur de l’équipe de France de Football. Et si c’est Bonaparte qui l’a dit, alors c’est vrai.




Mots-clés

mépris de classe   /    football   /    Emmanuel Macron   /    Politique