^

Notre classe

Communiqué Sud Rail Midi Pyrénées

« Si vous évacuez les étudiants du Mirail, vous trouverez les cheminots sur votre chemin ! »

Ce mercredi 2 mai, le tribunal administratif de Toulouse a ordonné l'évacuation des étudiants mobilisés du Mirail. Dans la lignée de la motion voté en assemblée générale cheminote le 13 avril dernier, le syndicat Sud Rail Midi Pyrénées a publié un communiqué de presse de soutien à la mobilisation, que nous relayons ci dessous.

Crédits : Page facebook de Sud Rail Midi Pyrénées

Nous apprenons aujourd’hui que « la justice ordonne à la direction de l’Université de
Toulouse Jean Jaurès de faire usage de ses pouvoirs de police afin de faire cesser le blocage ducampus du Mirail ».

Avant de réitérer notre solidarité et les engagements que les cheminot.e.s ont pris lors d’une AG, nous ne pouvons que déplorer la position de la justice, qui donne raison à l’UNI (syndicat poreux de droite opposé au blocage).

Alors que les étudiant.e.s luttent aujourd’hui pour permettre l’accès au plus grand nombre à l’enseignement supérieur, alors que les magistrat.e.s s’opposent à une nouvelle réforme du système judiciaire qui vise à réduire l’égalité d’accès de toutes et tous à la Justice nous ne pouvons que déplorer cette décision. Une fois de plus ce jugement est fondé sur des fantasmes d’orgie ou de trouble à l’ordre public d’un côté, mais surtout sur une volonté de ne pas laisser les secteurs « coaguler » comme aime le dire notre président.

Un référé « mesures utiles » fut déposé au tribunal administratif de Toulouse, pour demander « le rétablissement du fonctionnement normal de l’université ». Autant cela bafoue des décisions bien plus démocratiques (vote des blocages, vote des actions…) que les élections de la plupart de nos dirigeant.e.s. C’est un message bien plus fort que souhaite envoyer le juge, celui d’une liberté qui n’existe que dans les textes. Rappelons que le préfet et l’administrateur provisoire sont opposés à l’usage de la force pour évacuer les soit disant « agitateur.trices professionnel.les » comprendre les étudiant.e.s mobilisé.e.s.

Quel message nous envoie-t-on ?

Pour rappel Communiqué de presse suite à l’évacuation de Tolbiac :

Le syndicat SUD-Rail Midi-Pyrénées s’insurge contre ces choix plus politiques que de justice et tient à faire part de son indignation quant à l’évacuation de l’Université de Tolbiac. Nous réaffirmons notre soutien à la lutte des étudiantes et étudiants contre la sélection dans l’enseignement supérieur.

Après les expulsions illégitimes des habitant-e-s de la ZAD, Macron poursuit sur sa lancée en utilisant la force pour faire taire toute opposition. C’est inacceptable mais cela traduit aussi sa fébrilité. Il a raison d’avoir peur, car en ce printemps nous allons faire fleurir mille luttes !

Nous vous joignons une motion adoptée à l’unanimité en Assemblée Générale :

Motion de l’Assemblée générale du 13 avril

Les cheminotes et cheminots de Toulouse réunis en Assemblée Générale le vendredi 13 avril lancent un avertissement solennel à Emmanuel Macron et son gouvernement, nous ne tolérerons pas que vous vous en preniez aux étudiantes et étudiants en grève au Mirail.

L’utilisation de la force pour faire taire toute opposition est la méthode choisie par le PDG de l’entreprise France pour soi-disant « moderniser » le pays. Il se comporte comme un vulgaire « cost killer » dans nos entreprises pratiquant le « lean » management. Ce n’est plus supportable !

Que le préfet, représentant de l’état dans la région, entende ce message, si vous utilisez la force pour mettre fin au mouvement à l’université du Mirail, si vous évacuez les étudiantes et étudiants légitimement mobilisés contre une réforme qui vise à interdire dans un futur proche l’accès pour nos enfants à l’enseignement supérieur, vous trouverez les cheminotes et cheminots sur votre chemin.

Nous les défendrons, nous les accueillerons dans nos gares !
Solidarité.

Si l’intervention des forces de l’ordre est possible, alors notez que les cheminot.e.s sauront répondre présent.e.s…

SUD RAIL MIDI-PYRENEES




Mots-clés

SUD-Rail   /    Mirail   /    Toulouse   /    SNCF   /    Répression   /    Notre classe