Notre classe

La campagne pour la relaxe des ouvriers de Goodyear se joue aussi au Brésil, en Argentine, dans l’Etat espagnol...

Solidarité internationale avec les 8 de Goodyear, en photos et vidéos !

Publié le 19 octobre 2016

La lutte des ouvriers de Goodyear, tout comme les luttes ouvrières des années 2008-2009 contre les licenciements et les fermetures d’entreprises, ont été suivies par beaucoup de travailleurs ailleurs qu’en France. Dans plusieurs pays, les travailleurs regardaient avec attention ces luttes acharnées : les Continental, les Goodyear, et tant d’autres. Les images des manifestations ouvrières pour défendre l’emploi, porteuses d’une radicalité que beaucoup pensaient anéantie, sont venues confirmer non seulement que la classe ouvrière n’a jamais disparu, mais aussi qu’elle relevait la tête et était prête à défendre leurs conditions de vie et de travail. Aujourd’hui, de nombreux militants syndicaux ou politiques envoient leur soutien à la veille du procès en appel des 8 salariés de Goodyear après leur condamnation à de la prison ferme. Nous reproduisons ci-dessous quelques-uns des nombreux messages de soutien.

Laure Varlet

Les travailleurs de l’usine de pneus Fate, dans la province de Buenos Aires en Argentine, qui viennent de gagner la direction nationale du syndicat de branche de l’industrie du pneu, SUTNA, soutiennent les 8 de Goodyear :
.

.
Raul Godoy, ouvrier de Zanon, usine de carrelage sous contrôle ouvrier au sud de l’Argentine, et député à Neuquen pour le Front de l’extrême-gauche et des Travailleurs (FIT) et le Parti des Travailleurs Socialistes (PTS). L’usine de Zanon est sous contrôle ouvrier depuis maintenant 15 ans et aujourd’hui ils sont solidaires du combat des Goodyear :
.

.
Le soutien est arrivé également de la part des travailleurs de l’usine Madygraf, de l’industrie graphique, sous contrôle ouvrier depuis deux ans :

Ainsi que de la part de Juan Gonzalez, délégué du personnel à Printpack, dans l’industrie graphique également :
.

.
Les députés du FIT, Patricio Del Corro, pour la ville de Buenos Aires, et Laura Vilches, pour la province de Cordoba, envoient leur solidarité :

À Madrid, dans l’État espagnol, les camarades du quotidien en ligne IzquierdaDiario.es se sont fait écho de la campagne pour la relaxe des 8 de Goodyear et nous ont envoyé de nombreuses photos de solidarité, dont celle que nous reproduisons ci-dessous de la part des travailleurs combatifs de Coca-Cola Madrid :

Et à Sao Paulo, les travailleurs de l’université et du syndicat SINTUSP soutiennent également les Goodyear :

Ce ne sont que quelques expressions de soutien avec les salariés de Goodyear qui font face aujourd’hui à une justice de classe qui veut faire des Goodyear une leçon pour l’ensemble de salariés qui osent relever la tête. La classe ouvrière n’a pas de frontières et c’est bien pour ça que des voix de soutien se font entendre un peu partout !