^

Notre classe

Remise en cause du droit à manifester

Syndicats privés de cars : la Préfecture crie à la « fake news », la CGT du Nord ne cède pas aux pressions !

Après avoir privé de bus les syndicats en vue de la manifestation du 19 avril, la Préfecture du Nord revient à la charge en essayant de jeter le discrédit sur la CGT 59/62 et sur son secrétaire régional. Face aux manœuvres, Georges Boulenger ne cède pas aux pressions.

Ce samedi, Georges Boulenger, pour le CGT de la région du Nord, affirmait dans un communiqué : « Après contact avec plusieurs sociétés d’autocars, il apparaît que ceux-ci ont reçu de la part des services des préfectures un mot d’ordre recommandant de ne pas mettre à disposition des organisations syndicales des bus pour le 19 avril », dénonçant par la suite uneremise en cause du droit à manifester. Une remise en cause des droits démocratiques a fait grand bruit sur les réseaux sociaux.

France 3 Région a contacté par téléphonela Préfecture qui « dément » avoir contacté les sociétés d’autocaristes et assure qu’il s’agit d’une « fake news » tentant ainsi de jeter le discrédit sur Georges Boulenger. Face aux manœuvres et pressions tentant de le discréditer, le secrétaire général du Nord a tenu à répondre immédiatement : « Au départ, on a constatédes réponses systématiquement négativesde la part des autocaristes ou pas de réponse du tout », a affirmé le secrétaire régional de laCGT 59/62. « Des salariés nous ont dit que pourtant, il y avait des autocars disponibles. Puis des responsablesnous ont indiquéavoir reçu des "recommandations" de la Préfecture », termine-t-il.

Pourtant alors que la préfecture crie à la « fake news », la réalité est que malgré la volonté de la CGT de Nord de maintenir son « appel à la manifestation régionale », les unions locales de Boulogne-sur-Mer, Calais, Hesdin mais aussi Lens et Béthune de converger, privés de bus, « s’organisent » finalement « pourmener des actions à leurs niveaux », continue Georges Boulenger. A l’heure ou la préfecture du Bas-Rhin a interdit purement et simplement la manifestation à Strasbourg, que la préfecture du Nord crie à la « fake news » ou non, « Le constat est clair : il y a une volonté d’éviter qu’il y ait une mobilisation importante » le 19 avril termine le secrétaire de la CGT du Nord.

_




Mots-clés

Manifestation   /    CGT   /    Notre classe