^

Politique

Dis-moi qui sont tes amis et je te dirai qui tu es

Tapis rouge à l’Élysée pour recevoir le dictateur égyptien Abdel al-Sissi

Lundi le dictateur égyptien Abdel al-Sissi entamait sa troisième visite officielle en France depuis 2014. L’Élysée, comme à son habitude, l’a accueilli à bras ouverts. Un régime ami certes mais avant tout un grand client de la France.

Il est de notoriété publique que la France sait recevoir ses amis, notamment les dictateurs qu’elle fait passer pour des démocrates. C’est un « savoir faire reconnu au monde entier » comme dirait une ancienne ministre de Sarkozy. Car avant al-Sissi l’Élysée a reçu bien des dictateurs amis. Hosni Moubarak lui-même. Les vassaux des pays africains. Même Kadhafi ; même le (maintenant) détesté Bachar al-Assad. Et ainsi de suite.

Mais on ferait erreur de penser qu’il s’agit d’amitié. Non. Dans la langue de l’Élysée ami se dit « business » ; les voyages sont des affaires ; « rencontre » rime avec « contrats ». Et le tout se résume en des milliards d’euros ou dollars s’il n’y a pas le choix.

Des ONG avaient protesté contre la visite du dictateur égyptien et les violations répétées des Droits de l’Homme en Égypte. Elles souhaitaient attirer l’attention en France sur ce qui se passe là-bas. Le gouvernement avait promis, pour calmer le jeu, que le président évoquerait ces questions avec son homologue. Résultat : pas de leçons à donner en matière de Droits de l’Homme selon Emmanuel Macron.

En effet, le président français s’en est sorti avec quelques pirouettes assez grossières et sans aucune sophistication. Il a déclaré, dans la conférence de presse conjointe, d’une part que « le sujet des Droits de l’Homme […] je l’ai considéré dans le contexte égyptien. […] je suis conscient du contexte sécuritaire et des conditions dans lesquelles le président Sissi opère […] il a un défi : la stabilité de son pays, la lutte contre les mouvements terroristes, la lutte contre un fondamentalisme religieux violent […] nous n’en pouvons pas faire abstraction ».

Un argument étrangement très proche de celui donné par Sissi lui-même dans un entretien au Figaro, la veille, à ce propos : « L’Égypte souhaite atteindre l’équilibre nécessaire entre les droits et les devoirs des citoyens d’une part, et les défis sécuritaires de la lutte contre le terrorisme d’autre part. C’est une équation parfois difficile ». En quelque sorte, il s’agit des mêmes arguments pour justifier en France la violation des droits démocratiques au nom de la « lutte contre le terrorisme ».

L’autre pirouette de Macron consistait à affirmer la soi-disant non ingérence de la France : « je crois à la souveraineté des États. Donc, de la même façon que je n’accepte qu’aucun autre dirigeant ne me donne des leçons de la manière de gouverner mon pays, je n’en donne pas aux autres ».

Mais cette défense du régime égyptien, chargée d’hypocrisie et de cynisme de la part de l’Élysée, masque mal les intérêts réels qui se cachent derrière cette visite. En effet, la dictature égyptienne est une alliée de longue date de la France. Et cela même sous Moubarak, avant qu’il ne soit renversé par un soulèvement populaire en 2011. Mais c’est après le coup d’État du général al-Sissi à l’été 2013 que les relations bilatérales entre la France et l’Égypte se sont largement approfondies.

Ainsi, l’Egypte est devenue le second client de l’industrie française de l’armement, avec des contrats se comptant en milliards, notamment sous la présidence de François Hollande. D’ailleurs, le dictateur égyptien devra rencontrer mercredi des patrons français. Et Macron a annoncé la couleur : « Je souhaite voir les échanges économiques se développer dans tous les secteurs. Je pense notamment au transport ferroviaire ou aux énergies renouvelables ». Par ailleurs, plus de 160 entreprises françaises sont implantées en Égypte et emploient près de 30 000 personnes dans des secteurs très variés : industrie, agro-industrie, équipements électriques, pharmacie, distribution, hydrocarbures, tourisme, etc.

Mais l’Égypte est aussi un allié stratégique pour la France en termes géopolitiques. Ce pays est stratégique pour les puissances impérialistes, car il possède en quelque sorte un pied au Moyen-Orient et un autre au Nord de l’Afrique. Région où les inégalités sociales et les tensions politiques sont une menace en permanence pour les intérêts économiques et géopolitiques des impérialistes, dont la France.

Tout cela sert à expliquer le très bon et chaleureux accueil que le gouvernement français a réservé au principal représentant d’une dictature sanglante, responsable de milliers d’emprisonnements arbitraires, d’assassinats et de répression contre les masses et les travailleurs. Abdel al-Sissi est certes un laquais de l’impérialisme dans la région, mais avec ces « amitiés » le gouvernement de Macron ne fait que dévoiler le caractère réactionnaire sur toute la ligne de l’impérialisme français.

Crédits photo : REUTERS




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Egypte   /    Politique