^

Politique

Président des très friqués…

Taxe d’habitation supprimée d’ici à 2021. Encore un cadeau pour les riches ?

Vrai cadeau ou cadeau empoisonné, la suppression de la taxe d’habitation ? Encore une fois, le président des très riches a choisi son camp.

Cette réforme, qui était annoncée par le gouvernement, prévoyait de supprimer cet impôt pour 80% des ménages les moins aisés mais par peur d’être retoqué par le conseil constitutionnel au regard du principe « d’égalité des français face à l’impôt », il a décidé de l’étendre aux 20 % des contribuables les plus riches. Au regard de l’équité sur la question des impôts, Macron envisage de supprimer la totalité de la taxe d’habitation et voit ainsi la facture de cette suppression s’alourdir grandement. Deux possibilités sont à l’étude, soit une suppression totale en 2020, soit une suppression étalée sur 2020 et 2021. La dernière option semble être la bonne pour Emmanuel Macron, en effet afin de faire profiter 20% des plus riches il manquerait à trouver 8,5 milliards d’euros pour un coût global de 18 milliards d’euros.

Face à cette réforme le gouvernement dit vouloir : « ne pas compenser ce geste fiscal par la création d’un nouvel impôt ou par une hausse d’impôt ». Dominique Bur, haut fonctionnaire et Alain Richard actuel sénateur du Val d’Oise LREM, tous deux ayant rendu leur rapport, estiment une perte de recettes à 24,6 Milliards d’euros en 2020.

Si cette réforme en réjouit certains, ce n’est pas le cas de tous. 15 à 30 % c’est ce que représente la part des taxes d’habitation dans le budget des collectivités et qui sert par ailleurs à construire ou à rénover des infrastructures (des routes, écoles, financer les transports en commun, etc.). Dans les petites communes, cette question est essentielle. Si Macron assure que le manque à gagner sera compensé par des économies budgétaires et par l’Etat, impossible de savoir de quoi il s’agit, si ce n’est de s’imaginer un peu plus d’austérité.

Finalement un cadeau qui coûte cher et qui sert encore une fois les plus riches. Cette décision qui à première vue peut être appréciée des 80 % les plus modestes se retrouve encore une fois être un cadeau fiscal pour les plus riches au nom de l’équité fiscale de tous les français face à l’impôt.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique