^

Notre classe

Face à l’offensive médiatique contre la SNCF

Témoignage d’une cheminote excédée : « Après nous, à qui le tour ? »

Alors que l’offensive médiatique contre la SNCF bat son plein pour soutenir les ordonnances du gouvernement contre le statut des cheminots, une cheminote a tenu à nous faire parvenir un courrier décrivant son travail et ses « privilèges ».

Crédit photo : Alhil Villalba, rassemblement cheminot à Montparnasse le 10 mai 2016

Je viens par la présente exprimer mon exaspération. Je ne suis pas quelqu’un qui a l’habitude de râler ou de faire du bruit mais là... J’aimerais avoir autre chose quand j’ouvre mon Facebook que des « y en a marre » ou « j’en peux plus » ou encore « cassons du fonctionnaire (ou assimilé) » et mêmes des « dégageons les nantis »...

Sachez mesdames messieurs que je vous comprends... Oui bien sûr je suis aussi une privilégiée mais une privilégiée qui comprend. Qui comprend que nos très grandes chaînes publiques vous bourrent le mou jusqu’à vous faire croire que si la France est dans la merde c’est simplement parce que des cheminots bénéficient d’un régime unique en son genre sans rien branler et pire : ils vous font volontairement chier ! Parce que le cheminot lui adoooore passer 2h de plus dans le train à organiser correspondances, arrêts, ravitaillement... Surtout les week-end et jours fériés... À chercher les infos pour vous les donner car vous y avez droit c’est normal... Rassurez vous c’est bientôt fini. Eh oui, bientôt ce sera un ordinateur qui fera tout ça... Ou presque... Il vous dira que vous êtes simplement arrêtés. Exit les demandes de taxi, de rétention des correspondances, les interventions de l’agent SNCF ou des secours si vous êtes perdus, malades ou agressés...

Tenez par exemple aujourd’hui fut une journée comme une autre. Je suis partie sur mon train quand une femme enceinte fait un malaise donc je vous passe les détails mais voici la procédure : on prévient notre conducteur, on appelle les pompiers, on fait preuve de sollicitude, la jeune femme est prise en charge. On tient au courant les clients via la sono, on s’occupe de la suite de leur voyage... Mais quand il n’y aura plus de cheminots dans les voitures ???

Il semble aussi que vous soyez ravis de l’arrivée de la concurrence, je comprends aussi : on aime la nouveauté, c’est un peu l’aventure, on se dit que ça peut qu’être mieux...Mais je ne suis pas sûre que cela améliorera l’état des voies, que ce sera moins cher (au contraire) ou que vous pourrez prendre le train d’après ou d’avant puisque pas le même prestataire... Un peu comme si vous vouliez utiliser un bon d’achat Leclerc chez U ou Inter... Et j’en passe.

Mais comme pour la loi travail... Le cheminot ira dans la rue, se défendre et défendre le service public, le cheminot criera et ne se laissera pas faire, mais ça vous le savez et vous le verrez à la télé : 300 000 selon les syndicats et 50 000 selon la police (à peu de choses près). Parce que ce que fait le cheminot, ce n’est pas seulement se battre, hurler, négocier, vous emmerder, mais c’est vous prévenir... Comme pour la loi travail...

La première question est la suivante : préférez vous croire au rapport d’un homme soupçonné d’avoir bien plumé Air France avant de retourner sa veste ? Ou plutôt le petit agent SNCF qui défend notre/votre service public bec et ongles depuis toujours ?

La seconde et dernière question : Après nous, à qui le tour ? À certains d’entre vous sûrement... De toute façon tout le monde y passera...

Vous n’êtes pas convaincus ? Je comprends... Allez donc faire un tour en Angleterre où maintenant on réclame (agents et clients) le démantèlement de la privatisation...

Alors au lieu de lire des sondages diligentés à charge par ceux que ça arrange, entrez dans le vif du sujet, descendez dans la rue.

J’espère que vous m’aurez comprise.

Cordialement, une cheminote en colère




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Notre classe