^

Notre classe

"Chez SFR il ne fait pas bon vivre"

Témoignage : ex-salariée du groupe SFR et victime de burn-out

Florence, ex-salariée chez SFR, raconte comment elle a été victime de burn-out à cause de la charge inhumaine qui pesait sur elle et des conditions que lui imposait la société.

Patrick Drahi achète SFR en 2016. Ce dernier, champion de la LBO (levier légal qui consiste à racheter une boite en levant des fonds en endettant de facto la boite achetée), était déjà numéro un de Altice, société actionnaire qui contrôlait Numéricâble. Le groupe Altice a donc bien grandit mais malheureusement pas sans casse sociale : plan départ volontaire, burn out, étaient au programme.

Révolution Permanente a rencontré Florence (nom d’emprunt), qui a été ingénieure durant une quinzaine d’année au sein du groupe SFR, groupe opérateur numéro deux derrière Orange. Elle travaillait dans un service en 3x8 et raconte comment elle est passée de « bonne employée » aux yeux de la direction à une victime de burnout.

Florence  : « J’avais honte car je n’étais pas fainéante de nature, j’étais la première volontaire pour faire des heures supplémentaires car j’aimais mon métier et mon côté perfectionniste faisait que je me donnais à 100%, et en plus ça mettait du beurre dans les épinards !

Malheureusement la politique d’entreprise change et se donner à 100% n’était plus suffisant il fallait être en permanence à 200% pour atteindre des stats inatteignables avec des procédures qui changent tous les jours.

A force d’avoir peur de faire des erreurs, on en fait car de toute façon aucun humain n’est parfait, on n’est pas des machines !!!

La charge de travail augmentait pour des primes et des effectifs qui baissaient drastiquement ; sans compter les multiples déménagements et changements de société. Car il est fréquent de voir des salariés passer d’une société à une autre au sein du groupe (via l’article 1224-1 du code du travail) qui affectent le quotidien des salariés. »

Moralement et physiquement à bout, comme tous les collègues du service, les managers semblaient également à bout. Elle a pris le Plan de Départ Volontaire comme 5000 salariés du groupe SFR, qui a été pour elle un soulagement. Dans son service où l’absentéisme pour arrêt maladie a explosé ces deux dernières années, elle n’en pouvait plus, et a privilégié cette petite porte de sortie.

Florence  : « J’en pouvais plus, moi qui n’étais jamais malade depuis plus de 10 ans, je n’arrivais plus à me rendre à mon travail car j’ai fait un burnout.

Tout d’abord, je ne comprenais pas pourquoi j’enchaînais autant diverses maladies et malgré mes arrêts maladies, cela ne s’arrangeait pas, au contraire c’était pire à chaque fois que je voulais reprendre.

J’avais honte d’abandonner mes collègues car on était en sous-effectif par rapport à la charge de travail. Une fois en dépression, je me suis malheureusement encore d’avantage isolée de ma famille, de mes amis et je donnais malgré tout le peu d’énergie pour la société en vain.

Les brimades des managers ont totalement démotivé les salariés, à la cantine quand on parlait avec des collègues d’autres services, le ras le bol était général !!!

Malgré le surtravail subi et accompli des salariés, il était fréquent qu’à la moindre erreur, des sanctions arrivent.

Je travaillais en heure sup en sacrifiant un weekend en famille pour le boulot et pourtant, si je commettais une erreur sur ce travail en extra, non seulement je n’avais aucun remerciement mais en plus je pouvais être sanctionnée sur ma prime d’objectif annuel…. Sachant que le chantage aux augmentations ne marchait plus. En effet ça faisait 5 ans que je n’avais pas reçu d’augmentation malgré tout cet investissement personnel.

Et pour les heures sup il fallait à la fois justifier de les avoir fait, mais aussi si on les refusait.

En arrêt ou accident du travail, on souffle mais bon, c’est comme une rustine, dès que l’on revient c’est pire jusqu’au jour où j’ai craqué totalement. Chaque lundi était une source d’angoisse mais un jour je n’ai pas réussi à surmonter mes angoisses et je n’ai jamais pu revenir.

Quelques mois plus tôt, j’avais été témoin d’un malaise d’un collègue sur le lieu de travail, c’était un intérimaire qui a été éjecté comme un pion, pourtant c’était un bosseur… Il a été pressé comme un citron pour finir à la poubelle. J’avais peur durant mes dernières années de subir le même sort, et c’était le ressenti de nombreux salariés.

Le PDV, heureusement qu’il est arrivé. Car de toute façon, SFR c’était fini dans ma tête : plutôt que de se faire licencier pour faute « imaginaire » ou devenir inapte au travail, au moins on part avec « un peu de sous ».

Ecœuré par la marque, je dissuade mon entourage lorsqu’il me demande mon avis, je ne veux pas envoyer ma famille, mes amis au casse-pipe.

Après la suppression de 5000 postes, il y a des services qui ont été complètement supprimé.

Comme d’habitude pour l’instant c’est à l’arrache l’organisation, il y a des activités qui sont donc à l’arrêt total car il n’y a plus personne, des savoirs faire très spécifiques qui vont mettre du temps à être pris en main par les personnes encore en poste …. Si l’activité n’est pas tout simplement abandonnée.

A la télévision, il y a eu un reportage sur les conditions de travail chez Free (ndlr : Reportage France2).

Je peux vous assurer que malheureusement chez SFR les conditions peuvent être comparables ! Surtout pour les salariés à bas salaire notamment les vendeurs en boutique (qui étaient en grève le 1er avril 2017).

Il n’y a jamais eu un climat aussi détestable chez SFR en 2017 où les grèves se sont multipliées, l’augmentation de l’absentéisme pour arrêt maladie y compris ceux de longue durée (dépressions, burnout). »

Le pire dans tout ça, nous confie Florence, c’est que ses collègues qui ont préféré rester sont toujours dans le flou sur leur avenir : on entend parler de rumeurs d’un nouveau plan de licenciement, et quand ce n’est pas le cas, la crainte des déménagements incessants pèse sur les salariés. C’est épuisant pour les travailleurs qui rencontrent de facto des problèmes dans leur organisation de vie personnelle, notamment ceux qui sont parents.

Florence déplore que son cas ne soit une anomalie ponctuelle mais plutôt un état qui a tendance à se généraliser à tous les niveaux.

Elle raconte que les maladies psychiatriques se développent chez certains salariés de SFR, et assure qu’à force de tirer sur la corde, il y aura forcément des dépressions pouvant amenés à des tentatives de suicide ou bien des maladies liées au stress.

Florence : « Et quand tu es des CSP intermédiaires ou supérieures, c’est pire car tu culpabilises car tu gagnes mieux ta vie que « les petits » salariés, par contre ce qu’il ne faut pas oublier c’est que tu fais le boulot de 2,3,4 voir tout un service à toi tout seul pour un salaire qui reste le même !!!

Le PDV est donc un bien pour un mal, un petit bien pour un très grand mal …. Même si je regrette d’abandonner le navire et de laisser mes collègues dans la merde. Chez SFR il ne fait pas bon vivre.  »




Mots-clés

Témoignage   /    souffrance au travail   /    SFR   /    burn out   /    Notre classe