^

Genres et Sexualités

#BalanceTonPorc

Témoignages sur Twitter. « Et ce gros porc se faisait presque ‘plaindre’ par les juges »

Voilà plusieurs jours que les violences faites aux femmes sont mises en lumière par plusieurs hashtags. Derrière #BalanceTonPorc et #MeToo, de nombreuses anonymes témoignent. Morceaux de vies dans une société où « on a toutes quelques choses à raconter ».

Depuis l’affaire Weinstein, les violences de genre sont débattues publiquement. Twitter est devenu le réceptacle de nombreux témoignages en moins de 140 caractères, et d’autres plus longs, sous forme de threads (fils de Tweets qui, mis bout à bout, permettent des récits plus complets). Certains émanent de personnalités connues, font réagir les polémistes comme Eric Zemmour qui a trouvé de bon ton de comparer #BalanceTonPorc à « dénonce ton juif ».

Ce qui frappe, dans ces écrits, c’est d’abord leur nombre. Plusieurs dizaines de milliers de femmes ont témoigné sous le hashtag #balancetonporc. Elles ont tous les âges, décrivent toutes sortes d’agressions, de viols parfois.

Autant de témoignages individuels qui expriment paradoxalement le caractère structurel du patriarcat et les multiples visages qu’il peut prendre. Autant de tranches de vies douloureuses, qui en disent long sur notre société sexiste, assortie d’une justice et d’une police qui le sont tout autant.

Il s’agit parfois de parfaits inconnus ou de collègues

Dans les transports...

En cherchant un emploi...

Sur son lieu de travail...

Souvent l’agresseur profite d’une autorité conférée par son statut

En étant enseignant, plus âgé...

Alors qu’elle n’est pas en état de donner ou non son consentement… ou qu’il ne veut pas l’entendre.

Dans la sphère personnelle

Parfois, les mots sont tout aussi violents.

Est-il besoin de rappeler que neuf fois sur dix, la victime connaît son agresseur ou son violeur ? Un viol sur trois est commis par le mari ou le compagnon.

Police sexiste, justice patriarcale

Et alors que Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, vient de déclarer que « Twitter ne remplacera pas les tribunaux », de nombreux témoignages font le jour sur l’inutilité, le sexisme et la violence des institutions. Ces tweets tordent le cou à l’idée que la police, la justice pourraient être nos alliés.

Ce dernier témoignage, sous forme de thread que nous retranscrivons ci-dessous dans son intégralité, est la preuve criante de l’incapacité de la justice et des forces de répression à apporter une réponse aux problèmes de violences de genre. C’est la mise en lumière de la nécessité de nous organiser nous même pour notre émancipation, sans rien attendre de cette société patriarcale.

Le frère de ma mère, de mes 5 à 9 ans.

Je n’en fais jamais mention parce que je me sens toujours sale, honteuse, stupide. C’est à mes 12 ans que j’ai décidé d’en parler au proviseur de mon collège. J’étais sur le point d’être exclue de mon établissement à cause de mon comportement, et pourtant j’étais première de la classe. Donc le proviseur m’a convoqué avant le conseil de discipline, me demande quel était mon problème, il était bienveillant. Et je ne sais toujours pas pourquoi lui, mais c’est sorti tout seul. Après tant d’années à me taire, c’était l’opportunité de parler. Par contre je ne m’attendais pas à la suite et aux répercussions que ça entraînerait.

Le proviseur a appelé le commissariat directement, les flics sont venus me chercher comme une délinquante, et j’ai subis un interrogatoire. Et je pèse mes mots en utilisant « subis », j’avais l’impression d’être la coupable et ce jusqu’à la fin de la procédure judiciaire. J’avais que 12 ans. On me demandait des détails, les dates, les tenues que je portais, les heures… J’avais 5 ans lors des faits – j’avais refoulé la plupart de ses souvenirs et j’avais aucune idée de ce que je portais à chaque fois. Les flics avaient aucun tact, j’étais seule. Ma mère n’a jamais été mise au courant dans la journée et on me posait des questions gênantes.

Je passe les détails mais tout ça, ça a duré 7 ans. 7 ans de procédure judiciaire, à me traiter comme coupable. C’était un calvaire.

Ce gros dégueulasse a toujours nié les faits, disait que j’étais en manque d’attention, que j’avais un grain. Les juges remettaient toujours ma parole en question parfois jusqu’à me poser des questions pièges sur la couleur du pyjama porté tel jour. J’ai dû subir des examens gynécologiques humiliants pour prouver que j’étais pas une menteuse. Humiliants parce que les gynécos disaient qu’à 12 ans, c’était possible que je ne sois déjà plus vierge et n’appuyait en rien mon cas.

J’ai été suivi par tout un tas de psychologues de l’enfance qui ont jamais su me comprendre ni faire leurs boulots correctement. Ils sont allées jusqu’à convoquer les camarades de classe pour savoir si j’avais déjà eu des comportements sexuels avec d’autres élèves. Du coup la plupart du collège était au courant et j’étais la freak de service.

La seule personne qui appuyait mon témoignage c’était ma meilleure amie de l’époque, à qui je racontais tout, l’année de mes 8 ans. C’était la seule qui a pu prouver que je ne mentais pas, c’est la seule à qui j’ai su me confier sur mon calvaire insoupçonné.

Puis grâce à l’enquête, j’ai appris que mes deux cousines (39/43 ans) avaient subis les mêmes choses, par ce même individu entre 6-11 ans. Le souci c’est que leurs paroles n’étaient plus considérées valides parce qu’il y avait prescription, donc ma plainte était la seule… Lui disait toujours que c’était un complot de ma famille, que j’étais une gamine facile, que j’étais moche donc jamais il m’aurait touché.

La première confrontation que j’ai eu avec lui, il était juste assis à coté de moi à ma droite, j’avais 14 ans et rien ne nous séparait. Pendant 7 années il a nié les faits. Lors du procès aussi, il n’a fait que de nier et répéter tout ce qu’il a toujours répété jusqu’alors. Jusqu’au fameux moment où son avocat lui a dit d’avouer pour avoir une peine beaucoup moins lourde. Et là... il avoue. Il donne tous les détails, il confirme pour mes 2 cousines, il raconte en détails ce qu’il m’a fait, des choses dont je ne me souvenais même pas tellement j’avais refoulé tout ça.

La cerise sur le gâteau : il ose demander pardon, il dit qu’il n’a jamais eu d’enfants et que c’était une manière de me faire plaisir. Et vient le moment de sa peine : 12 mois de sursis avec un suivi socio-judiciaire pendant 5 ans, seulement... La procureuse ose dire qu’il n’est pas un prédateur mais seulement un délinquant sexuel d’opportunité. Je tombe des nues. Et là le pire, je crois rêver. Le gros retournement de situation, pendant 7 ans on a insinué que je mentais et là le mec avoue et donne plus de détails étalés sur 4 ans, sur ce qu’il m’a fait. Et ce gros porc se faisait presque « plaindre » par les juges. Je vais vous montrer le journal qui parlait de l’affaire et que j’ai toujours gardé, je sais pas pourquoi. C’est juste effarant.

Surtout lorsqu’on sait que le lendemain du procès Pedocalimero a harcelé en sms ma mère, en nous insultant de tout et n’importe quoi. On est allé au commissariat avec les sms et messages vocaux... Spoilers : Les flics n’ont encore une fois rien fait.

Il nous a harcelé comme ça un bon petit mois, parce qu’il nous voulait pas payer les dommages et intérêts (comme si l’argent allait racheter la vie qu’il m’a gâchée).

Quand j’en vois certains dire « twitter c’est pas un commissariat, allez porter plainte » Je l’ai fait, il a rien eu, il s’en est sorti. Le pire dans tout ça c’est qu’il se pourrait très bien que je le croise demain, après-demain, dans un mois, un soir sur le chemin de la fac.

En + je vous parle pas de tout en détails, mais sa femme de l’époque (la dite ex-femme dans le journal) était au courant j’en suis certaine. Ils avaient de la pédopornographie dans leurs ordinateurs, j’ai crié des dizaines de fois et elle est jamais venue. Elle est tout aussi coupable. En attendant ce mec a brisé ma vie, et je n’aurai jamais ma revanche sur la sienne.

Je ne voulais pas témoigner parce qu’en dénonçant ce système de merde, je décourage d’autres victimes à parler et j’en suis désolée. Aujourd’hui je vais beaucoup mieux, je poursuis mes études, mais je ne tournerais jamais la page et son ombre planera toujours sur moi.