^

Jeunesse

Même Macron, même combat

Tolbiac : Plusieurs milliers de personnes et 6 000 euros récoltés à la fête de soutien aux cheminots !

Voilà maintenant 3 semaines que la fac de Tolbiac, renommée Commune libre de Tolbiac, est bloquée et occupée pour lutter contre le Plan étudiants, et commence à devenir un réel point d’appui pour tous les secteurs en lutte, et en particulier les cheminots. Plus de 6 000 euros y ont été récoltés pour les cheminots.

Ce samedi, ce sont plusieurs milliers de personnes qui se sont rendues à la fac pour la grande fête de soutien organisée par les occupants.

Les cheminots sont en grève depuis le 3 avril. Dans certaines gares, quelques jours plus tard, les grévistes sont partis en reconductible comme à Saint-Lazare ou à Gare du Nord. Comme dans chaque grève, l’argent est le nerf de la guerre pour les salariés qui perdent leurs salaires. La caisse de grève renforce leur mouvement, en les aidant matériellement, et le nôtre, celui des étudiants en lutte contre le plan Etudiants, en créant de véritables liens avec les cheminots. Une façon concrète de tisser des liens pour construire réellement la convergence des luttes et le fameux « étudiants, cheminots, même Macron, même combat ». En quelques heures, ce sont ainsi plus de 6000 euros qui ont été récoltés grâce à la vente de goodies, à l’entrée, et au buffet à prix libre et à la générosité des nombreuses personnes présentes.

Tolbiac : épicentre de la lutte en région parisienne

La soirée a débuté par plusieurs prises de paroles. Des cheminots de Juvisy, Austerlitz, Gare du Nord, Gare de Lyon ainsi qu’une gréviste d’Air France sont intervenus pour apporter leur soutien aux étudiants et raconter leurs luttes. De plus, des étudiants de Nice ayant fait le déplacement et dont l’ancienne doyenne n’est autre que Frédérique Vidal, sont intervenus pour raconter comment leur fac sert actuellement de « laboratoire » du Plan étudiants en mettant en place des Masters à 4000 euros qui ont remplacé des Masters publics. Des professeurs de l’université ont également réaffirmé la revendication de non-tenue des examens et la validation de l’année scolaire pour tous les étudiants. Loïc, de la Compagnie Jolie Môme a également rappelé le nouveau tournant qu’a pris l’intervention impérialiste en ordonnant de nouveaux bombardements en Syrie.

Un cheminot de la gare d’Austerlitz a lu un communiqué de soutien qu’ont écrit les cheminots en lutte de Sud Rail et la CGT : « Nous prévenons donc le gouvernement, si il s’entête à faire passer ses réformes par la force et la répression, les Cheminots sauront répondre présent en venant prêter main forte aux étudiants qui occupent la faculté de Tolbiac ! ». Et c’est bel et bien cette convergence qui se matérialise un peu plus chaque jour à la fac occupée de Tolbiac qui fait peur au gouvernement, et en aucun cas la « topographie » du bâtiment comme a lamentablement tenté de l’expliquer Macron ce dimanche. En effet, grâce au soutien de dizaines de cheminots, les étudiants ont pu contraindre la police à reculer par un grand rassemblement jeudi soir dernier. Et ce vendredi, cette convergence a encore plus été concrétisée par la manifestation cheminote qui a fait le choix de donner comme point de départ La Commune libre de Tolbiac.

C’est en ce sens que la soirée de samedi soir, qui s’est poursuivie en musique avec la venue de la Fanfare Invisible et qui s’est même conclue par l’explosion d’un feu d’artifice au-dessus de la Commune de Tolbiac dans une ambiance très festive, a d’autant plus renforcé les liens entre cheminots et étudiants, liens indispensables pour vaincre Macron.




Mots-clés

Tolbiac   /    Fusion des universités   /    Sélection à l’université   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Université   /    Jeunesse