^

Politique

L'apartheid à l'honneur dans la ville rose

Toulouse. 200 manifestants contre la venue de l’ambassadrice d’Israël. Les CRS matraquent et gazent

Ce mercredi 23 mai, l'ambassadrice d'Israël, Aliza Bin-Noun, était invité à un gala à la chambre de commerce de Toulouse. Un rassemblement de 200 personnes s'est tenu devant les locaux, au chant de « Israël assassin, Moudenc complice ». Les CRS, déployés en nombre, n'ont pas hésité à matraquer et gazer les manifestants.

Crédits photo : Révolution Permanente Toulouse

Fin avril, Aviv Zonabend, ex-conseiller municipal sioniste de Toulouse avait déclaré sur une radio israélienne qu’il y avait « trop d’Arabes » dans la ville rose. Et si face à la polémique, Moudenc, maire de Toulouse, avait été contraint de virer Zonabend, force est de constater que les représentant de l’Etat d’Israël, qui massacre par centaines et mutilent par milliers les palestiniens, sont accueillis en grande pompe dans la ville rose.

C’est ainsi qu’Aliza Bin-Noun, ambassadrice d’Israël, était invité à un gala à la chambre de commerce de Toulouse, dans le quartier d’Esquirol, ce mercredi 23 mai. Pour contester sa venue, plus de 200 manifestants se sont rassemblés à l’appel de différentes associations, syndicats et parti politique solidaires du peuple palestinien, au chant de « Israël assassin, Moudenc complice » ou bien encore « Gaza, Toulouse est avec toi ».

Alors qu’un dispositif policier important est déployé sur place, quelques invités à ce gala ont semble t-il décidé de provoqué les manifestants, en regagnant la chambre de commerce en passant devant le rassemblement. Sifflé et chants pro-palestiniens s’intensifient, et les manifestants quittent le trottoir pour se placer au plus près de la porte d’entrée. Les CRS décident alors quasi-immédiatement de matraquer et de gazer la foule, rapellant s’il était nécessaire la complicité de l’Etat français envers la politique coloniale de l’Etat d’Israël.

Alors que 400 personnes s’étaient rassemblés le 16 mai dernier en soutien au peuple palestinien à Toulouse, ce nouveau rassemblement contre la venue de l’ambassadrice d’Israël dans la ville rose est une nouvelle réussite. Une forme de solidarité internationaliste que le gouvernement entend réprimer férocement, à l’instar des mobilisations de réistances contre ses réformes néo-libérales, des universités à Notre Dame des Landes en passant, entre autre, par les manifestations cheminotes.




Mots-clés

Israël   /    Toulouse   /    Palestine   /    Politique