^

Politique

La police nie…

Toulouse : Fuyant un contrôle de police, deux hommes se tuent sur l’autoroute A68

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux hommes sont morts sur l’A68 après avoir heurté une barrière de sécurité. Quelques heures plutôt ils avaient refusé de se soumettre à un contrôle routier de police, dans le quartier populaire du Mirail.

Passant par l’autoroute, la nationale et des départementales pour échapper au dispositif d’interception de la police, les deux hommes ont fini par trouver la mort dans un accident sur l’autoroute. Si la police nie une quelconque course-poursuite, arguant de leur arrivée sur les lieux du drame, 45 secondes après les faits, les pompiers pourtant ont indiqué « que les deux victimes étaient décédées dans un véhicule poursuivi par la police ».

Malheureusement, il est courant que les jeunes des quartiers, harcelés en permanences, victimes des violences policières, parfois de viol, fuient à la simple vue des policiers. En voulant échapper à l’un des multiples contrôles de police qu’ils subissent quotidiennement, les jeunes finissent par se mettre dans des situations dangereuses qui conduisent au pire.

De Zyed et Bouna aux deux jeunes percutés par un TER à Fives près de Lille vendredi dernier, ces drames, lorsqu’ils sont traités en justice, qui se terminent généralement, par un non-lieu en faveur des policiers.

Le harcèlement policier, au cœur du maintien de l’ordre dans les quartiers populaires, est au cœur de ces drames qui nous rappellent que le monopole de la violence légitime est exercé quotidiennement par l’Etat contre les habitants des quartiers populaires, coupables d’être pauvres, racisés et de se rebeller contre les pressions policières.

Crédits photos : Photo JEAN AYISSI. AFP




Mots-clés

impunité policière   /    Violences policières   /    Politique