Notre classe

Communiqué du syndicat CGT Latécoère

Toulouse. Les salariés de Latécoère en grève

Publié le 28 septembre 2016

Les salariés de l’usine de Périole à Toulouse entrent en grève aujourd’hui dans le cadre de leur lutte contre le violent PSE prévu par la direction du groupe. C’est près de 120 travailleurs qui ont débrayé ce midi à l’appel de la CGT Latécoère, après plusieurs actions organisées ces dernières semaines. Le ton monte à Périole, où les salariés les plus déterminés sont bien décidés à convaincre leur collègues que rien n’est perdu pour s’opposer aux centaines de suppressions de postes... Nous relayons ici le communiqué de la CGT Latécoère, et nous joignons à l’appel du rassemblement organisé à 14h devant la Préfecture de Toulouse

Après avoir débrayé ce matin à 10:00 ;
après avoir débrayé cet après-midi à 13:30 en même temps que l’avant-dernière réunion de négociation avec la direction, la dernière devant se tenir vendredi matin ;
après avoir pris connaissance des propositions fantomatiques de la direction ;
après avoir jugé que ces propositions étaient parfaitement inacceptables ;
une centaine de salariés ont décidé de débuter une grève dès la fin de la réunion et de la poursuivre demain jeudi et très certainement après-demain vendredi.

Après 3 mois de négociations et à 2 jours de leur terme, le syndicat CGT Latécoère constate définitivement :

1. Que le groupe n’aurait pas d’avenir si la restructuration voulue par la direction aboutissait.
Si, comme la direction le souhaite, le bureau d’études était amputé de 40% de ses effectifs, qui concevrait les programmes futurs ?
Si, comme la direction le souhaite, l’usine historique de Toulouse était démantelée, qui industrialiserait les programmes futurs ? Cette usine est le vaisseau amiral du groupe, celle qui regroupe tous les métiers et tous les savoir-faire, la seule ayant l’expérience précieuse et décisive de l’industrialisation d’un nouveau programme puisque toutes les productions de nos usines dites « low-cost » ont toujours été définies, lancées et rôdées à Toulouse ?
Toutes ces questions, sans cesse posées pendant 3 mois, sont aujourd’hui encore sans réponse.

2. Que les mesures de reclassement et notamment le montant des indemnités de licenciement proposées par la direction sont sans rapport :

· avec les dégâts financiers, humains, psychologiques, sanitaires, familiaux, conjugaux, … causés aux plus de 200 familles qui seraient touchées ;

· avec l’excellente situation économique du groupe ; avec les 100 millions € qu’il a en caisse ; avec les dizaines de millions € de gain que la direction escompte tirer de cette restructuration ; avec les immenses moyens financiers de nos actionnaires Apollo et Monarch qui gèrent des dizaines de milliards € d’actifs ;

· avec nos revendications.

Le syndicat CGT Latécoère rencontrera ce vendredi à 14:30 Monsieur le Préfet ; un rassemblement sera organisé devant la préfecture à 14:00.
Le syndicat CGT Latécoère rencontrera ce vendredi à 16:00 Madame Lemorton, Député.
Le syndicat CGT Latécoère rencontrera le mardi 4 octobre des représentants de Madame Delga, Présidente du Conseil régional.