^

Politique

Avec la participation de Philippe Poutou

Toulouse. Meeting unitaire contre les ordonnances Macron jeudi 19 octobre

La fin de la manifestation du 19 octobre ne marquera pas la fin de la journée de mobilisation à Toulouse. En effet, à 20 h à la salle Barcelone, se tiendra un meeting unitaire regroupant des organisations politiques, syndicales et associatives « contre les ordonnances Macron ».

À la tribune se succéderont des représentants de l’inter-syndicale de ville (CGT, FSU, Solidaires), un représentant du Droit au Logement (DAL) ainsi que de nombreux représentants de parti politique en lutte contre les ordonnances Macron. Ainsi Christine Arrighi (EELV), Myriam Martin (Ensemble !), Jean-Yves Lalanne (GDS), un représentant du mouvement de Benoît Hamon (M1717), Philippe Poutou (NPA), Jean-Christophe Sellin (PG) et Frédéric Boccara (PCF) se succéderont, dans le cadre d’un appel à l’unité dans l’action pour mettre en échec la politique ultra libérale du gouvernement. L’événement se tiendra à la salle Barcelone (44 allée de Barcelone, 31 000 Toulouse) à partir de 20 heures.

Ci-dessous, l’appel à l’événement.

Unité contre les ordonnances et les politiques de Macron

Ensemble pour l’emploi nous voulons un code du travail protecteur des salarié.e.s :
avec : Christine Arrighi (EELV), Myriam Martin (Ensemble !), Jean-Yves Lalanne (GDS), un représentant du mouvement de Benoît Hamon (M1717), Philippe Poutou (NPA), Jean-Christophe Sellin (PG), Frédéric Boccara (PCF)

Avec prise de parole de l’inter-syndicale (CGT, FSU, Solidaires) en lutte contre les ordonnances Macron et du DAL contre la baisse des APL.

Représentants de différents partis et mouvements politiques nous proposons à l’ensemble des forces de gauche opposées aux ordonnances Macron de travailler à mettre en place un cadre unitaire le plus large possible pour mettre en échec les politiques du gouvernement et prendre des initiatives en ce sens.

Nous lançons un appel en Haute Garonne aux militants politiques, syndicaux, associatif, ou intellectuels d’horizons divers qui s’opposent aux ordonnances Macron et soutiennent les mobilisations syndicales, les grèves de salariés, les mouvements de la jeunesse. Nous leur proposons de signer ce texte et d’apporter leur soutien à cette démarche de rassemblement pour gagner.

Nous proposons comme première initiative un meeting à Toulouse le 19 octobre salle des allées de Barcelone réunissant nos organisations et celles qui se joindraient à la démarche ainsi que des représentants syndicaux et associatifs.

Nous, militant.es associatifs, syndicalistes, politiques, intellectuel.le.s, salarié.e.s de toutes catégories avec ou sans-emploi, jeunes, retraité.e.s, appelons à construire la mobilisation pour faire échec aux projets de Macron.

En l’état, les ordonnances du gouvernement contiennent surtout les éléments d’une flexibilité accrue du marché du travail au détriment des salariés, de l’emploi, du plus grand nombre. Ils s’inscrivent dans les objectifs poursuivis au titre des lois Macron, Rebsamen et El Khomri, et aggravent le démantèlement du droit du travail au détriment des salarié-es, particulièrement des jeunes et des plus précaires, qui sont majoritairement des femmes.

Le rejet massif de la loi El Khomri en 2016 reste prégnant. Il conduit au rejet des ordonnances anti sociales qui vont aggraver la casse du droit du travail. Une majorité de la population exprime son désaccord sur ces ordonnances, sur le fond et sur la parodie de démocratie qui a accompagné
leur rédaction. La mise en cause des APL, des emplois aidés, l’augmentation de la CSG ont été rejetées dès cet été et à la rentrée. Le budget 2018 confirme s’il le fallait l’orientation en faveur du capital des choix gouvernementaux.

La politique de ce gouvernement est clairement de droite et en faveur des plus fortunés.
Cette casse lourde du code du travail détruit presque toutes les conquêtes des luttes sociales d’hier. Elle renforce une contre-révolution libérale-autoritaire, au service des plus fortunés… et aux dépens d’une majorité de la population qui se paupérise !

Cette casse du Code du travail n’est qu’une partie du projet de société Macron !

Outre la banalisation de l’état d’urgence qui permettra de museler le mouvement social, c’est aussi la continuité de l’austérité, les attaques contre les Services publics, les fonctions publiques de l’État, hospitalière et territoriale, la remise en cause du statut général des fonctionnaires et de leurs statuts, de la Sécurité sociale et plus généralement de la protection sociale et des retraites, la sélection à l’entrée de l’Université qui sont programmés. Le gouvernement prétextant l’élargissement des droits au chômage – aux non-salariés.es et aux démissionnaires – prévoit de remplacer l’assurance chômage par un système de solidarité d’État financé par une hausse d’impôt (la CSG) qui touchera avant tout les classes moyennes et les salarié.es.

Ensemble, nous pouvons et nous devons agir pour un tout autre projet. Celui-ci se doit d’avoir comme objectif d’améliorer le niveau de vie et des conditions de travail de toutes et tous, de privilégier l’intérêt des salariés à celui de la finance et des grandes entreprises, de défendre et de développer les services publics, d’imposer un développement écologique et pérenne respectueux de l’Homme et de notre planète, de lutter pour l’égalité et l’accès aux droits de toutes et tous, de développer les solidarités locales, nationales et internationales…

Nous appelons à une convergence d’actions des forces de gauche, associatives, écologistes et du mouvement social et soutenons les mobilisations sociales. Une telle convergence redonnerait l’espoir de faire reculer le gouvernement et de construire un monde meilleur.




Mots-clés

EELV   /    Philippe Poutou   /    PCF   /    NPA   /    Politique