Notre classe

Rendez-vous devant le tribunal de grande instance le 19 octobre à 11h30 !

Toulouse. Tous au rassemblement de soutien aux Goodyear !

Publié le 17 octobre 2016

Les 19 et 20 octobre prochain, les travailleurs de Goodyear devront comparaître devant le tribunal d’Amiens. Un procès en appel pour contester les condamnations des huit syndicalistes à des peines allant jusqu’à neuf mois de prison ferme. Pour peser dans le rapport de force, la CGT Goodyear a appelé à un rassemblement national à Amiens, sur les deux jours du procès. Si des bus partiront depuis de nombreuses villes de France, à Toulouse il n’y aura pas de transports collectifs. Mais un rassemblement est appelé par l’union départementale CGT devant le tribunal de grande instance (TGI) au métro Palais de justice, mercredi 19 à 11h30.

Léo Valadim

Si, localement, la lutte des Goodyear a suscité un fort écho, rassemblant 1300 personnes au Parc des expositions en mars dernier, elle a aujourd’hui une symbolique particulière, à l’heure où pleuvent les plans de licenciements et grondent les luttes pour l’emploi dans la ville et ses alentours. Pour ne donner que quelques exemples :

À Latecoere (sous-traitant aéronautique), les salariés ont entamé une lutte contre un plan de licenciements concernant autour de 300 travailleurs ;

Le site Intel de RD, comptant 280 salariés, est menacé de fermeture ;

Au CHU de Toulouse, qui a connu dernièrement une augmentation très importante du nombre de suicides, les personnel.le.s du service gynécologie se sont mis en grève pour engager un rapport de force avec la direction, qui n’a pas trouvé de meilleure réponse aux burn-out que de faire toujours plus d’économies en multipliant les suppressions de postes ;

À l’université Paul Sabatier, la direction a annoncé la suppression de 200 postes face à l’arrivée de milliers d’étudiants supplémentaires cette année. Les personnels y ont mené une grève de deux semaines en septembre.

À l’université du Mirail, les personnels de l’UFR de Psychologie ont tenu une grève de deux semaines en cette rentrée, également pour réclamer des postes et plus de moyens après avoir atteint un point de rupture cette année (100 enseignants titulaires et 24 personnels administratifs pour plus de 5000 étudiants !).

Face au plan de licenciement que leur imposait leur direction, les Goodyear ont, pendant près de neuf ans, lutté sans relâche, occupant leur usine, interpellant directement leurs patrons, cherchant à construire des liens avec les autres usines en lutte, s’opposant au chantage imposé par le patronat qui voulait leur faire accepter des indemnités de licenciement pour mieux les faire taire. En ce sens, leur lutte est un exemple, et une victoire face à la justice de classe les 19 et 20 serait une victoire de tous les travailleurs contre les suppressions de postes, les licenciements et la répression patronale.

Les 19 et 20, à Amiens, des dizaines de cars vont arriver des quatre coins de la France, avec des délégations de différents secteurs de salariés, de la jeunesse, pour ce rendez-vous important. S’il est dommage que des bus n’aient pas été affrétés pour les rejoindre depuis Toulouse, le rassemblement devant le TGI doit être l’occasion pour les différents secteurs qui ont été, sont ou vont se mettre en lutte en cette rentrée pour l’emploi, contre l’austérité et la répression, de se rejoindre, d’échanger et de se donner les moyens de construire le fameux « tous ensemble ».