Jeunesse

« Un an déjà, c’est un an de trop ! »

Toulouse le Mirail. Appel à rassemblement unitaire contre l’état d’urgence ce lundi 14 novembre

Publié le 11 novembre 2016

Nous somme au seuil d’un sombre anniversaire : cela fera un an ce 14 novembre que l’état d’urgence a été décrété suite aux fusillades et à la tuerie du Bataclan. Un an de perquisitions administratives, d’islamophobie, de répression des mouvements sociaux, de militarisation de l’espace public en général et d’une accentuation des actes de brutalité policière dans les quartiers populaires en particulier…. A cette occasion, des étudiants et professeurs, ainsi que très probablement plusieurs syndicats de l’université du Mirail d’ici là, appellent à un rassemblement ce lundi 14 novembre à 12h30 sur le campus.

Julian Vadis

C’est à l’occasion de la seconde réunion publique sur les violences policières qui s’est tenue sur le campus du Mirail ce 8 novembre que des étudiants et des enseignants de l’université toulousaine ont appelé à un rassemblement lundi 14 novembre, à l’université du Mirail, via un communiqué que nous relayons ici :

« Nous étudiant-e-s, enseignant-e-s, réuni-e-s au Mirail le mardi 8 novembre 2016,
déclarons :

Nous nous souvenons des attentats et des victimes du massacre du Bataclan il y a un an, et tenons à saluer leur mémoire. Nous saluons aussi celle des victimes de tant d’autres massacres, perpétrés autant par des forces réactionnaires comme Daesh, que des Etats « légitimes », l’Etat français inclus, souvent oubliées ou même niées par les commémorations officielles menées à grands renforts médiatiques.

D’autre part l’état d’urgence proclamé le 13 novembre 2015, au nom de la « guerre contre le terrorisme », état d’exception rapidement devenu règle, a servi avant tout à enraciner et généraliser une répression croissante, dont les populations racisées des quartiers populaires sont les victimes de longue date. Dorénavant, ce sont aussi toutes les formes de résistance et de contestation, qu’elles proviennent des travailleurs en lutte, de la jeunesse, des militants écologistes, des minorités de genre, et de tant d’autres, qui sont en ligne de mire.

C’est pourquoi nous exigeons la levée immédiate de l’état d’urgence, et nous condamnons la répression, les violences policières, l’islamophobie et le racisme d’Etat dont il est depuis un an la nouvelle couverture.

En solidarité avec toutes les victimes de cette répression, nous appelons à faire toutes et tous front pour défendre les libertés d’expression, de réunion, de manifestation, etc., droits démocratiques chaque jour un peu plus attaqués.

L’autoritarisme actuel ira croissant si nous n’y mettons pas un terme, nous appelons toutes les personnes et tous les collectifs, syndicats, organisations, associations, à se joindre, en ce jour de triste « anniversaire », à un rassemblement contre l’état d’urgence, la répression, les violences policières, le racisme, l’islamophobie, et pour la défense des droits démocratiques.

À l’Université Jean Jaurès/Mirail
(face au bâtiment « Le Gymnase »).

Etat d’urgence : levée immédiate !

Pour l’heure, ce rassemblement contre l’état d’urgence permanent (événement Facebook disponible ici), en cette date anniversaire symbolique, semble être la seule initiative appelée sur la ville de Toulouse. Soucieux que cet appel ne reste pas confiné aux quatre murs de l’université, les étudiants et enseignants du Mirail invitent à se fédérer largement, dans un esprit rappelant les mobilisations de fin 2015 et début 2016 et les aspirations du mouvement contre la loi travail. Cette initiative dans le sens d’un front commun de résistance et de défense des droits démocratiques s’inscrit dans un contexte politique extrêmement polarisé, ponctué par des centaines de procès de militants, après d’innombrables gardes à vue et interpellations, de violences policières à répétition, mais aussi d’interdictions croissantes de meeting et de réunions publiques… pendant que les manifestations policières se poursuivent en toute quiétude.

Faire grève, manifester, se réunir, s’exprimer… se soigner, étudier : élargir le front de lutte et de défense !

Mais cela devrait être aussi l’occasion d’élargir plus encore la convergence, en vue des batailles à venir, dans le monde du travail, privé ou public, à l’image du secteur de la santé en lutte en ce moment ou comme des universités elles-mêmes (la question du « contingentement », c’est-à-dire de la sélection dès le L1, faisant partie de l’actualité brulante sur le Mirail). Pouvoir se soigner, comme étudier, n’est-ce pas là aussi des droits démocratiques essentiels faisant l’objet d’attaques, par définition ciblant en premier les personnes les plus modestes et précarisées, des plus brutales ?

Toutes ces attaques reflètent en définitive l’ensemble des volets de la politique du gouvernement : imposer la levée totale et définitive de l’état d’urgence, serait un énorme pas en avant dans la résistance à toute cette politique. Ne pas lâcher, ne pas oublier, ni s’habituer, en sera un préalable incontournable ! Rendez-vous est donc pris en ce sens pour ce lundi 14 novembre, à 12h30 devant le bâtiment "Le gymnase" de l’université du Mirail.