^

Politique

Extrême(s) droite(s)

Tours : l’ancien chef des identitaires recruté par le FN

Ce n'est pas la première fois que le Front National recycle les cadres des groupuscules d'ultra-droite. Ici, c'est un homophobe notoire du groupe Vox Populi, Pierre Louis Miguet, qui a été recruté par le groupe FN du conseil régional de Bourgogne Franche Comté.

Source : La Rotative

Dans un article du Journal de Saône et Loire (12/11/17) [1], on apprend que Pierre-Louis Mériguet, l’ancien leader du groupuscule d’extrême-droite tourangeau Vox Populi, a été recruté par le groupe FN au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté :

« L’un des deux nouveaux assistants recrutés par le Front National au conseil régional a longtemps milité dans un mouvement d’ultra-droite. (...) Pierre-Louis Mériguet sera en charge de la communication du groupe et de l’animation des réseaux sociaux. »

L’article rappelle quelques-unes des frasques de Mériguet quand il sévissait encore à Tours : défilés homophobes, bagarres de rues, marches aux flambeaux... jusqu’à la gifle collée à un de ses compères d’extrême-droite, Stanislas de La Ruffie, à la sortie de la messe. Cette petite biographie n’a pas plu à Pierre-Louis, qui a tenu à rectifier [2] :

« Je n’ai jamais été opposé aux homosexuels. J’ai simplement combattu l’activisme LGBT, en plein contexte de la loi Taubira. »

Apparemment, Mériguet a la mémoire courte : les actions menées contre la Gay Pride par son groupuscule ont démarré dès 2010 (bien avant la loi Taubira), et leur premier slogan était « Pas de défilé pour les enfilés ». Le caractère homophobe de l’expression ne fait aucun doute. Pierre-Louis semble aussi oublier le temps où il chantait « Maréchal nous voilà » et rendait hommage à Charles Maurras.

D’après Sylvie Beaulieu, vice-présidente du groupe FN au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté interrogée par Le Journal de Saône et Loire, Pierre-Louis Mériguet exerçait déjà la fonction d’assistant « depuis plusieurs mois en région Normandie ». Vu les casseroles qu’il se traîne à Tours, l’identitaire a apparemment jugé préférable de s’expatrier, quitte à passer de région en région. Et tant pis pour l’enracinement, vertu pourtant tant vantée par sa famille politique. Comme son pote Philippe Vardon, devenu vice-président du groupe Front National de la région PACA après un long parcours dans les rangs des identitaires, Mériguet semble en passe de réussir sa reconversion professionnelle. Bon débarras.

[1] Cet article a été publié dans plusieurs titres du même groupe de presse, dont Le Bien Public et L’Est Républicain.

[2] Article « Au sujet de Pierre-Louis Mériguet, assistant du FN au conseil régional », Le Journal de Saône et Loire du 13/11/17.




Mots-clés

homophobie   /    FN   /    Extrême-droite   /    Politique