^

Débats

IV°Congrès du NPA

Très bon score de la pfZ, des responsabilités renouvelées pour la gauche du parti face à l’absence de majorité

Alors que les résultats des assemblées générales électives dans le cadre du IV° Congrès du NPA, nous publions ci dessous la tribune de la plate-forme Z, présentée par les militants du Courant Communiste Révolutionnaire, à l'initiative de Révolution Permanente, et d'une autre sensibilité du NPA et qui a obtenue 10,5% des voix.

Crédit Photo : Milo

Un peu plus de 1 330 camarades ont participé et voté aux débats de pré-congrès, rythmés par plusieurs discussions (sur la nature et la dynamique du néo-réformisme, la situation internationale et la séquence actuelle en France, nos capacités d’intervention dans la lutte des classes et notre projet de parti). Une participation en légère augmentation par rapport à la conférence nationale de 2016, mais en baisse par rapport au congrès de 2015, symptôme que malgré le succès relatif de la campagne Poutou, le parti a du mal à sortir de l’impasse et à renouer avec une dynamique de construction. 

La PfU se présentait comme la plateforme (Pf) qui allait recueillir une majorité de voix pour relancer la dynamique de l’organisation. Elle rate son pari en ne faisant que 48,5 % des voix, preuve que face à un parti en crise, le fait d’aligner sur une même liste ses principaux référents autour d’un texte composite ne suffit pas à convaincre largement les militants. Il faut au contraire un bilan sérieux des limites du projet initial du NPA.

La gauche du parti, qui s’était regroupée autour de la PfA lors de la dernière conférence nationale et qui là se présentait sous six Pfs distinctes, recueille dans son ensemble 49 % des suffrages exprimés. Dans ce cadre la PfZ, impulsée par le Courant communiste révolutionnaire, à l’initiative du quotidien en ligne Révolution permanente, ainsi que par des militants d’une autre sensibilité, obtient 10,5 % des suffrages, un très bon score au regard de précédentes échéances internes. D’autant plus qu’il a été obtenu au terme d’une bataille ouverte contre les limites du projet des partis larges et en faveur d’un parti révolutionnaire ayant pour centre de gravité la lutte de classes.

Les 49 % des suffrages obtenus par les Pf issues de l’ex PfA leur imposent la responsabilité de chercher à sortir le NPA d’une crise dont sont responsables, pour une bonne part, les camarades ayant animé la PfU, qui ont été la direction de fait de l’organisation depuis sa fondation et qui refusent tout bilan sérieux de son échec. Par-delà nos divergences, nous partageons au sein de la gauche du parti l’analyse de l’impasse politique que représente le néo-réformisme ; de la séquence actuelle où Macron a gagné la première manche mais est loin d’avoir gagné la guerre ; que l’organisation, enfin, que nous devons construire, doit porter une parole d’indépendance de classe et un projet politique ouvertement révolutionnaire.  

Ces éléments pourraient être les bases d’un travail en commun de l’ex-PfA – ainsi que d’une discussion approfondie sur nos désaccords – pour faire la démonstration de ce dont notre parti serait capable s’il s’en donnait les moyens dans des luttes, certes difficiles, mais qui peuvent permettre à notre classe et à la jeunesse de reprendre confiance. C’est d’autant plus d’actualité que la grogne gagne plusieurs secteurs que ce soit la santé, l’éducation ou la jeunesse. Mettre en œuvre cette dynamique serait la meilleure façon pour nos Pf de proposer à l’ensemble du parti une alternative de direction, pour un NPA ouvrier et révolutionnaire.

L’équipe d’animation de la PfZ




Mots-clés

IVe Congrès du NPA   /    NPA   /    Débats