^

Genres et Sexualités

De Weinstein à Trump

Trump accusé de harcèlement sexuel : trois femmes veulent ouvrir une enquête au Congrès

Lundi 11 décembre, trois femmes ont demandé l’ouverture d’une enquête au Congrès accusant le président des Etats-Unis de harcèlement sexuel.

Ces trois femmes qui avaient déjà témoigné fin 2016 lors de l’élection présidentielle aux Etats-Unis ont une nouvelle fois expliqué, ce lundi, avoir subit le harcèlement sexuel de Donald Trump et ont demandé l’ouverture d’une enquête au Congrès. Elles font partie des seize femmes qui accusent Trump dans un film produit par Brave New Films de les avoir embrassées de force, d’avoir touché leurs parties intimes, ou de les avoir harcelées. L’une d’entre elles, Rachel Crooks accuse le Président des Etats-Unis de l’avoir embrassé sur la bouche sans son consentement lorsqu’elle travaillait comme réceptionniste de la Trump Tower en 2005. Une autre femme, Jessica Leeds, a témoigné d’attouchements dans un avion dans les années 70 : « Il avait ses mains partout, il m’embrassait et me touchait ».

Samantha Holvey raconte comment le riche milliardaire l’avait, lors d’un concours de beauté Miss USA, dévisagée, elle comme les autres participantes, comme « un morceau de viande ». Elle racontait lors de l’émission de NBC de ce 11 décembre, présentée par une journaliste ayant été victime de déclarations sexistes du candidat durant la campagne, à quel point il a été humiliant de n’avoir eu aucun soutien lorsqu’elle a témoigné l’année dernière : « Je me suis dévoilée à la face du monde entier, et personne n’en a eu rien à faire ».

Cette émission a été énormément regardée et marque un tournant pour l’image plus que négative du président, qui avait déjà été mis sur le devant de la scène durant la campagne pour ses déclarations sexistes, après la publication d’un enregistrement des coulisses d’une émission dans laquelle Donald Trump se félicitait de pouvoir « attraper les femmes par leur vagin ». Le président dément lui chacune de ses accusations, tout comme le fait qu’il s’agissait bien de sa voix sur l’enregistrement, alors qu’il l’avait un temps reconnu. D’autant plus que ces témoignages surgissent à la veille de l’élection du candidat républicain Roy Moore au poste de sénateur, accusé de harcèlement sexuel et d’attouchement sur mineurs, que Donald Trump soutient.