^

Monde

Etats Unis

Trump battu au Sénat sur sa tentative d’abroger l’Obamacare

Le Sénat États-Uniens vient d'infliger une défaite à la réforme de Trump du système de santé. Trois républicains ont voté avec les démocrates, faisant couler le projet.

Win McNamee/Getty Images

Le Sénat des Etats-Unis a rejeté ce vendredi, avec le vote crucial de trois républicains, dont John McCain, une proposition de loi visant à abolir partiellement l’Obamacare, la réforme de santé de Barack Obama, considérée comme la dernière tentative de Trump pour réaliser cette promesse de campagne.
51 voix se sont exprimées contre, et 49 pour, cette "petite loi" "skinny bill" disaient les républicains qui proposait un démantèlement partiel de l’Obamacare. C’est un coup dur pour Trump, qui met en doute la possibilité que les Républicains puissent à un moment ou à un autre voter une nouvelle loi de santé au Congrès, où ils sont pourtant majoritaires dans les deux chambres.
Le républicain John McCain a surpris, avec deux autres sénateurs républicains, Susan Collins et Lisa Murkowski, en s’unissant aux démocrates pour faire échouer le projet de loi.
Le sénateur de l’Arizona, ex-candidat à la Présidence est revenu mardi dernier à Washington, après une opération et un diagnostic de cancer, pour voter l’ouverture du débat au Sénat sur l’Obamacare et se placer en dissident de cette loi.
Le vice-président des USA, Mike Pence, s’était déplacé au Capitole pour intervenir en cas de match nul et voter pour la "petite loi" en sa qualité de président du Sénat.
Et quelques heures avant le vote, Trump avait encouragé sur Twitter les républicains à porter le projet, après "7 ans d’attente".
Après l’échec, il s’est fendu du tweet suivant : "3 républicains et 48 démocrates ont laissé tomber le peuple américain. Comme je le dis depuis le début, laissons l’Obamacare imploser, et gérons ensuite. Regardez !"
L’abolition et le remplacement de l’Obamacare étaient devenues des promesses centrales lors de la campagne de Trump. Le leader des sénateurs républicains, Mitch McConnell, a admis aujourd’hui sa déception et a dit qu’il est "temps d’aller de l’avant" maintenant.
Il n’est pas certain que McConnell essaie de soumettre une autre proposition de vote avant le repos estival du Sénat, étant donné qu’avant ce dernier échec, deux autres projets mourraient dans l’œuf depuis l’ouverture du débat ce mardi.
Cette "petite loi" proposait d’en finir avec l’obligation d’avoir une mutuelle et les amendes pour ceux qui n’en ont pas, une des clauses les plus impopulaires de la réforme d’Obama. Elle proposait aussi de suspendre les fonds du "Planned Parenthood" (le "Planning familial" américain) pendant un an.

Avec les démocrates opposés en bloc, de nombreux républicains avaient eux-aussi exprimé des objections à la loi, mais paraissaient disposés à la voter, pour ensuite ouvrir une ronde de négociations avec la Chambre des Représentants, qui a approuvé sa propre proposition en matière de santé au mois de mai dernier.
Le président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan, avait exprimé dans un communiqué, la volonté de négocier avec le Sénat pour produire une loi qui aurait pu être signée par Trump.
Le résultat du vote montre la complexité des intérêts derrière le système de santé américain, avec des profits faramineux. Cette défaite de Trump arrive, de plus, au moment des affaires qui se poursuivent autour des relations avec la Russie pendant la campagne électorale de l’an passé.




Mots-clés

Obama   /    Santé   /    Trump   /    Etats-Unis   /    Monde