^

Monde

Dernier coup de théâtre

Trump veut rétablir un dialogue avec la Corée du Nord. Bientôt un téléphone rouge ?

Lors d’un appel téléphonique avec son homologue de Corée du Sud, Donald Trump a affirmé vouloir rouvrir un dialogue direct entre les États-Unis et Pyongyang. Ce revirement depuis les intimidations de 2017 s’inscrit dans la reprise du dialogue dans la péninsule coréenne.

Crédits photo : Reuters

C’est mercredi que le président américain Donald Trump a annoncé la possibilité de la réouverture d’un dialogue direct entre la Corée du nord et les États-Unis. Ce changement de position depuis les menaces par tweets interposés visant à savoir qui avait le plus gros bouton pour son arsenal atomique s’inscrit dans la reprise du dialogue entre les deux Corées.

Lors de son discours de début d’année le dirigeant de la République démocratique populaire de Corée, Kim Jung-Un avait tendu la main à la Corée du Sud pour la réouverture du dialogue. En effet, il avait annoncé son accord pour la participation d’une équipe nord-coréenne aux prochains jeux olympiques d’hiver en Corée du Sud. Ce geste tranche avec le boycott des précédents jeux en Corée du Sud, à Séoul, en 1988. Dans la foulée de cette annonce des officiels des deux pays se sont rencontrés pour la première fois depuis 2015 et le président sud-coréen a annoncé sa volonté de tenir un sommet entre les deux Corée afin d’apaiser les relations dans la péninsule.

Cette reprise du dialogue semble s’inscrire en faux par rapport à la diplomatie agressive mise en place par Donald Trump. La puissance protectrice de la Corée du Sud avait en effet grandement contribué à l’augmentation des tensions dans la péninsule et avec le Japon, en particulier depuis 2017. Ce durcissement diplomatique a conduit le régime nord-coréen a intensifier les démonstrations de force en conduisant différents tests de missiles et de bombes atomiques créant l’inquiétude dans les pays voisins.

Dans ce contexte, la volonté de la Corée du Sud de reprendre le dialogue avec son voisin du Nord marque une prise de distance par rapport au discours du président des Etats-Unies. La diplomatie américaine ne peut cependant pas laisser le dialogue s’installer sans y participer : le risque de perte d’influence dans la région est beaucoup trop important. C’est dans ce cadre que la décision d’ouvrir un dialogue direct entre les USA et la Corée du Nord comme l’aurait suggéré Trump apparaît comme une nécessité pour l’impérialisme américain pour rester au premier plan dans la région. Il s’agit aussi d’essayer une nouvelle tactique après l’échec des tentatives d’intimidations.




Mots-clés

Corée du Nord   /    Impérialisme   /    Corée du Sud   /    Etats-Unis   /    Monde