^

Notre classe

Le 2 février

Turquie. Soutien à la grève des milliers de travailleurs dans l’industrie métallurgique !

En Turquie, une grève d’ampleur, interdite par le gouvernement, est prévue dans le secteur métallurgique. Ce sont 130 000 travailleurs qui sont concernés par la grève à compter du 2 février. Un comité de solidarité s'est monté en France et organise des échéances pour médiatiser et soutenir les travailleurs en grève !

Crédits photos : vu sur industriall-union.org

Ce vendredi 2 février 130 000 travailleurs turcs du secteur métallurgique sont concernés par une grève sur plus de 179 sites dont nombre d’entre eux appartiennent à de grandes multinationales telle ques : Bosch, Ford, Mercedes Benz, Siemens ou encore Renault.

Une grève qui survient suite l’échec de négociations entamées début décembre 2017 par les syndicats de l’industrie métallurgique qui demandent entre autres l’amélioration des conditions de travail et des salaires.
La réponse du gouvernement turc ne s’est pas faites attendre : la grève a été interdite par décret le 26 janvier 2018 sous prétexte qu’elle porterait « préjudice à la sécurité nationale ».

La grève qui débutera le 2 février est donc rendue "illégale" et tout dialogue est désormais interdit entre les syndicats et les employeurs. La grève qui s’annonce est à la fois une lutte pour leurs conditions de travail mais également une lutte contre la répression du régime autoritaire turc qui attaque le droit de grève et veut empêcher, tuer dans l’œuf, tout mouvement qui pourrait naître. En effet, le souvenir des grèves de 2015 au sein des usines Renault, Ford et Tofas Fiat effraie le gouvernement qui cherche à tout prix à empêcher que cela ne se reproduise.

Une répression de la part du gouvernement turc à l’encontre des travailleurs que dénonce notamment un comité de solidarité avec les grévistes qui s’est monté en France.
Le gouvernement français et les grandes entreprises françaises implantées en Turquie ne voient bien sûr pas d’un bon œil cette grève et se rangent du côté du gouvernement turc. C’est pour cela que nous devons être solidaires et nous placer du côté de ces travailleurs contre leur gouvernement et les alliés impérialistes comme la France.

Le comité organise ce jeudi 1er février une conférence de soutien à 18h, à l’INALCO à la veille de ce début de grève : "nous nous réunirons en présence des orateurs français et turcs, afin de mieux cerner les raisons de la grève, discuter des expériences passées en Turquie et dans le monde entier, ainsi que pour comprendre comment nous pourrions prêter main-forte aux métallos pour qu’ils triomphent malgré l’interdiction de la grève. Ne restons pas chez nous, ne nous bornons pas aux réseaux sociaux non plus ! Réunissions-nous à l’occasion de cette conférence pour serrer les rangs avec les métallos dans la lutte pour leur gagne-pain et la liberté !"

Lien vers l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/183412375743086/

Lien vers la page facebook du comité de soutien :
https://www.facebook.com/MetalGreviParis/




Mots-clés

Métallurgie   /    Renault-Nissan   /    Grève   /    Turquie   /    Notre classe