Monde

La vague islamophobe après la tuerie homophobe...

USA. La réaction de Trump fait polémique sur les réseaux sociaux

Publié le 13 juin 2016

Le candidat présidentiel ultra-droitier du Parti républicain n’aura pas perdu une seule seconde pour instrumentaliser l’attaque meurtrière contre une boîte de nuit LGBT à Orlando (Floride) qui a fait au moins 50 morts afin de poursuivre sa campagne de peur et de haine raciste. Dans un tweet, le milliardaire raciste tenait à remercier les gens qui le « félicitent » pour ses positions islamophobes.

« J’apprécie les félicitations pour avoir eu raison sur le terrorisme islamique radical » écrit Donald Trump dans un tweet partagé quelques heures seulement après la fusillade de masse la plus importante dans l’histoire des États-Unis. « Mais je ne veux pas de félicitation, je veux de la vigilance et de la sévérité. Il nous faut être intelligents ! » poursuit-il sur Twitter.

Sans qu’il n’y ait aucune confirmation des motivations religieuses derrière l’attaque, Trump a décidé comme à son habitude de s’en servir comme une plate-forme pour sa campagne contre les personnes de confession musulmane et assimilées avec l’objectif de rendre encore plus droitière nettement la course à la Maison Blanche. Le candidat d’ultra-droite s’était déjà fait remarquer par le passé pour ses déclarations islamophobes. Lors des primaires à l’investiture républicaine, il avait notamment prôné l’interdiction d’entrée sur le territoire états-unien à tous les musulmans.

Cette nouvelle déclaration a provoqué de ferventes critiques de la part de centaines d’utilisateurs de Twitter et au-delà, dénonçant son instrumentalisation de la douleur collective à des fins électoralistes.

Quant à la candidate démocrate, Hillary Clinton est restée dans la réserve, se limitant à se solidariser avec les familles des victimes.

Le président Barack Obama s’est rapidement prononcé lors d’une conférence de presse où il a « condamné l’attaque » et annoncé la mise en place d’une enquête fédérale.

Ce n’est cependant pas la première fois qu’une fusillade de ce genre se produit aux États-Unis. Depuis le début de cette année seulement on estime qu’il y a eu au moins 173 cas comme la fusillade d’Orlando où une personne armée s’en est pris à des foules.

Les médias dominants et le gouvernement continuent à laisser planer le doute sur les motivations prétendument religieuses ou les liens de l’agresseur avec des organisations réactionnaires comme l’État islamique. De quoi alimenter, à leur plus grand profit, la haine raciste et islamophobe qu’ils cultivent depuis bien des années.