Monde

"We shouldn’t have tears"

USA. Zianna, 7 ans, dénonce le racisme et la violence des flics

Publié le 29 septembre 2016

Alors qu’aux Etats Unis la liste des personnes noires (ou de couleur) assassinées par la police ne cesse de s’allonger, le témoignage poignant de Zianna Oliphant, âgée de seulement 7 ans, a ému les citoyens de Charlotte en Caroline du Nord le 26 septembre dernier, avant d’être largement relayé sur les réseaux sociaux.

Lors d’une réunion publique concernant la situation des jeunes Afro-Américains, la fillette a dénoncé le racisme dont ils sont victimes : « Je n’aime pas la façon dont nous sommes traités. C’est juste à cause de notre couleur et je ne comprends pas ça ». « Nous sommes noirs mais nous ne devrions pas nous sentir comme ça. Nous devons manifester parce qu’on nous traite mal. Nous faisons cela pour faire respecter nos droits ».

Ce témoignage montre bien l’ampleur du phénomène, et la prise de conscience de cette partie de la population du caractère structurel du racisme dont elle est victime. L’intervention de la jeune fille est directement liée au cas de Keith Lamont Scott, abattu par la Police de Caroline du Nord le 20 septembre dernier et ayant entrainé un fort mouvement de protestation s’étendant sur plusieurs jours et ayant poussé le gouverneur à déclarer l’Etat d’urgence. Le témoignage montre aussi quel est l’environnement dans lequel grandissent les jeunes afro-américains aux USA : un climat d’angoisse, et de peur de perdre un jour son père ou sa mère dans une intervention policière. Cette angoisse permanente est évidemment un moyen de plus de domination pour les classes dominantes, qui savent contrôler la partie la plus pauvre de la population par la peur et la violence.

Si la vidéo montrant le moment du meurtre, rendue disponible par l’épouse de la victime quelques jours après les faits, ne permettait pas de déterminer clairement les circonstances du meurtre, les manifestations pour obtenir la vérité et avoir accès aux vidéos internes de la police (caméra embarquée et caméra du véhicule) ont poussé Kerr Putney, chef de la police locale, à rendre public deux extraits vidéos.

Bien que ces vidéos ne permettent pas de savoir si, comme l’affirment les policiers, Keith Scott était armé, les doutes subsistent quant à la « menace de mort imminente » dont ont fait part les forces de police. Ce meurtre vient s’ajouter à une liste qui ne cesse de s’allonger, à l’image d’Alfred Olango qui a été abattu par la police alors qu’il brandissait une cigarette électronique dans la nuit de mardi à mercredi en Californie.

L’organisation depuis plusieurs mois, dans de très nombreuses villes des Etats Unis, de grandes mobilisations autour du mouvement Black Lives Matter est un signal fort, montrant la nécessité de construire un front large pour lutter contre le racisme et les violences policières, à une échelle internationale !