^

Monde

Homophobie

USA : la pâtissière qui ne voulait pas faire de gâteau à un couple de lesbiennes gagne son procès

La justice californienne vient de créer un dangereux précédent. En effet, une pâtissière qui avait refusé de faire un gâteau de mariage à un couple de lesbiennes, attaquée en justice par l’État de Californie, vient de gagner son procès. Un précédent qui ouvre la porte à d'autres actes homophobes.

C’était l’été dernier, Cathy Miller pâtissière de son état, mais visiblement catholique pratiquante avant tout, a refusé, pour des raisons religieuses, de faire un gâteau de mariage à Eileen et Mireya Rodriguez qui voulaient célébrer leur union. L’État de Californie s’était saisi de l’affaire et avait attaqué en justice la pâtissière.

Or, le juge, d’une région conservatrice du centre de la Californie, a donné raison, non pas à l’État californien, mais à la pâtissière. La raison avancée ? Si la justice « forçait (Cathy Miller) à obtempérer, ce serait faire violence à l’essence de la liberté d’expression garantie dans le premier amendement de la Constitution », rapporte FranceInfo. C’est ce sacro-saint premier amendement derrière lequel se cachent tous les réactionnaires états-uniens pour propager leurs idéologies nauséabondes.

Le juge explique que les poursuites visent à forcer Cathy Miller à « utiliser ses talents pour créer un gâteau qu’elle n’a pas encore fait tout en sachant que son œuvre sera affichée pour célébrer une union que sa religion interdit  ». Pourtant les deux femmes ont expliqué qu’il s’agissait d’un modèle standard exposé dans la boutique.

Qu’importe, le juge donne ainsi son aval à n’importe quel commerçant qui refuse de vendre un produit si cela va à l’encontre de ses opinions, notamment religieuses. Même si le juge explique qu’« aucun pâtissier n’a le droit de mettre ses produits dans une vitrine publique, d’ouvrir sa boutique puis de refuser des ventes pour des questions de race, religion, genre ou identité sexuelle  », là ça ne rentre pas en compte puisque « la différence ici est que le gâteau en question n’a pas encore été cuisiné  ». Le précédent est là. Un cuisinier ou un serveur pourront refuser de servir à manger ou une bière à une personne LGBTQI puisque le plat n’a pas été préparé et que la bière n’est pas encore dans un verre. Une homophobie à peine voilée qui entraînera sans nul doute d’autres actes homophobes puisqu’on pourra se référer à ce précédent qui légitime sous couvert du premier amendement les idées les plus réactionnaires.

Il faudra voir l’impact de cette décision de justice sur une autre affaire qui devra être traitée d’ici juin prochain. Un pâtissier, cette fois du Colorado, a refusé de faire un gâteau de mariage à un couple gay pour des raisons... religieuses.

A cette époque où tous les feux sont braqués sur les « problèmes de l’Islam », le fondamentalisme chrétien peut, sans que cela ne choque outre mesure, propager des idées réactionnaires dans l’impunité la plus totale. On peut donc comprendre que Cathy Miller ait pu se dire « folle de joie » selon des déclarations publiées mercredi dans la presse états-uniennes puisque la justice bourgeoise des USA se place, une fois n’est pas coutume, du côté des réactionnaires qui stigmatisent et veulent mettre au banc de la société les personnes LGTQI.




Mots-clés

homophobie   /    Etats-Unis   /    Monde