^

Société

Où part le pouvoir d’achat ?

Un cartel d’industriels de l’électroménager sanctionné pour entente sur les prix

Dans un contexte où de très larges franges de la population peinent à vivre décemment, on apprend aujourd’hui que la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes vient de sanctionner six firmes de l’électroménager pour entente sur les prix. Cette pratique des cartels industriels qui consiste à s’entendre illégalement sur les prix afin de dégager des marges supplémentaires au détriment des consommateurs est une pratique répandue.

Réunions secrètes et remises sur les sanctions

Les faits remontent aux années 2006-2009, les société BSH (Bosch, Siemens, Viva, Neff), Candy Hoover, Eberhardt Frères (Liebherr), Electrolux (AEG, Arthur Martin), Indesit (Ariston, Scholtès) et Whirlpool, se retrouvaient secrètement au siège du syndicat du secteur où dans de luxueux restaurants pour s’entendre sur le prix de vente conseillé aux distributeurs. Cette pratique illégale, qui fausse le principe de la fixation des prix par le soi-disant « libre jeu » de l’offre et de la demande, vise à ponctionner un surplus sur le dos des consommateurs. Elle n’est pas marginale mais bel et bien organisée systématiquement par les états-majors des grands groupes réunis en cartel pour préserver leurs marges. D’autant plus systématique que le jeu en vaut la chandelle puisque les sanctions sont rarement sinon jamais à la hauteur des préjudices infligés aux consommateurs.

L’entente sur les prix, un impôt illégal qui pèse sur les plus pauvres

Cette pratique illégale, qui fausse le principe de la fixation des prix par le libre jeu de l’offre et de la demande, vise à ponctionner un surplus sur le dos des consommateurs pour maintenir les marges à un niveau plus élevé. Il s’agit tout simplement d’un impôt que les grands cartels industriels s’autorisent à prélever sur les consommateurs et qui pèse donc proportionnellement davantage sur les plus pauvres. A l’heure où la contestation des gilets jaunes s’étend et s’approfondit, l’heure est aussi à la mise au jour de ces pratiques qui affectent la population et leur pouvoir d’achat. Les grands industriels, qui ne payent pratiquement aucun impôt s’accordent de surcroit la possibilité d’extorquer illégalement une partie du revenu des travailleurs. Pour régler la question du pouvoir d’achat, il sera nécessaire de s’attaquer aux intérêts de ces grands groupes capitalistes.

Crédit photo : Serghei Starus/Stock Adobe




Mots-clés

capitalisme   /    Patrons-voyous   /    Société