^

Politique

Business France

Un contrat de 13,2 millions entre Muriel Pénicaud et Havas : une nouvelle affaire ?

Muriel Pénicaud est de nouveau soupçonnée de favoritisme à l'égard de la société Havas sur un contrat de plus de 13 millions d'euros.

Crédit photo : Sipa

Alors que le pays reste plongé dans la polémique Alexandre Benalla, le conseiller de Macron qui s’est amusé à « prêter mains fortes » aux CRS lors de la manifestation du 1er Mai, d’autres démons viennent assombrir, encore un peu plus, le ciel du gouvernement Macron..

La dernière édition du Canard Enchaîné révèle des éléments qui concernent des événements datant de 2015 où la société Business France, qui avait à sa tête Muriel Pénicaud notre actuelle ministre du Travail, aurait passé un contrat, sobrement nommé « Creative France » avec l’agence de communication Havas pour promouvoir à travers des campagnes publicitaires l’économie française à l’étranger. Seulement, il y a anguille sous roche.

Les magistrats du pôle financier qui enquêtent déjà sur le déplacement controversé que Business France a organisé en 2016 pour Emmanuel Macron à Las Vegas, ont découvert cette nouvelle affaire dans l’affaire. Pour le voyage à Las Vegas, Business France est inquiété pour "favoritisme et recel de favoritisme". Muriel Pénicaud a été placée sous le statut intermédiaire de témoin assisté en mai. Le contrat d’organisation du voyage avait été confié au groupe de communication Havas pour 300 000 euros et ce, sans recourir à la mise en concurrence.
Or, au fil de l’enquête, les magistrats ont découvert un contrat beaucoup plus important entre Business France et Havas pour un contrat de 13,2 millions d’euros. Ils soupçonnent un cas de favoritisme.

Ce que révèlent les pages du Canard, c’est un échange de mails entre Pénicaud et Stéphane Fouks, alors vice-directeur de Havas, qui aurait eu lieu pendant la procédure d’appel d’offres pour le fameux contrat.
Or, en mai dernier, Muriel Pénicaud a affirmé devant les juges qu’elle ne connaissait pas Stéphane Fouks. Mais les preuves vont à l’encontre des déclarations de la ministre. En effet, le Canard enchaîné, explique que dans un mail datant de 2015 Pénicaud aurait demandé à la secrétaire de Fouks un rendez-vous avec lui et qu’elle souhaite garder le “secret”.

« J’ai rendez vous avec fouks, cela ne doit pas figurer à mon agenda, et cela ne doit pas se savoir. »

Dans ces mails, le journal en relève un où la ministre du travail demande un rendez-vous téléphonique en urgence, selon les termes relayés, avec Fouks, quelques jours avant la signature concluant le contrat « Creative France ».
Cela ne s’arrête pas là puisque les enquêteurs ont découvert des messages où l’ex-patronne de Business France tutoie le n°2 d’Havas. Parfois, ils se parlent en pleine nuit. Etrange donc pour deux personnes qui sont censées ne pas se connaître. En juin 2015 par exemple elle lui aurait dit « Merci Stéphane pour ton coup de main ! ». Elle a été jusqu’à demander à Fouks un stage pour son neveu.

Ces révélations sont un coup dur pour la ministre du Travail qui assurait, lors des ses plaidoiries, n’avoir jamais été en contact avec des personnes à l’intérieur de Havas. Sa défense s’effrite de plus en plus, mettant avec elle à nu les liens resserrés entre les capitalistes français.

Cette affaire, qui implique la ministre qui a porté la réforme du rail et le groupe Havas appartenant au multi-milliardaire Vincent Bolloré, est significative du caractère profondément contradictoire de la « liberté de marché » tant vantée par les économistes bourgeois qui n’est, en réalité, qu’une façade qui leur permet de faire des petits arrangements entre amis. Cette fois, cela pourrait s’annoncer fatal pour la ministre qui risque, selon le Canard une mise en examen. Décidément ces vacances ne se passent pas vraiment comme prévu pour Macron et sa bande.




Mots-clés

Affaire "Las Vegas"   /    LREM   /    Muriel Penicaud   /    Présidentielles 2017   /    Emmanuel Macron   /    Politique