^

Monde

Liberté d'expression ?

Un journal d’extrême gauche allemand interdit par le gouvernement Merkel

Vendredi 25 août, le ministre de l’intérieur allemands a suspendu la plateforme d’extrême gauche allemande linksuten.indymedia. Cette mesure intervient après l’arrestation de nombreux militants ayant participé aux manifestations contre le sommet du G20 à Hambourg en juillet 2017

La principale plate-forme antifasciste allemande linksunten.indymedia.org, basée à Fribourg (Allemagne) a été interdite ce vendredi 25 aout par le ministère de l’intérieur allemand. Ce site est l’antenne allemande du réseau international Indymedia.

Pour justifier cette atteinte sans comparaison avec la liberté de presse, le ministre de l’intérieur Thomas de Maiziere a présenté le site comme étant un théâtre « quasi quotidien » de propos haineux, de propagande voire « d’assistance concrète » pour commettre des « infractions ». Il a justifié l’interdiction du site par la découverte d’armes blanches dans les locaux du journal et par les violences « anti-flic » suite au sommet du G20. Pourtant, les manifestants ont surtout fait face à un important dispositif policier et militaire et a un large déploiement de violence policières.

Les autorités allemandes ont ciblé le site internet dans la foulée des grosses manifestations contre le sommet du G20, qui ont rassemblé des milliers de militants venus de différents pays européens pour troubler la réunion des grandes puissances impérialistes. Le site Indymedia a joué un rôle important d’information et de coordination dans l’organisation des manifestations. Le contre-sommet a permis à de large secteurs militants d’envoyer un message aux puissances venues « favoriser la stabilité financière internationale », c’est-à-dire maintenir un ordre de domination sur les Etats moins développés.

Cette mesure intervient après l’arrestation de nombreux militants d’extrême gauche ayant participé aux manifestations contre le sommet du G20 à Hambourg en juillet 2017. En s’attaquant au site Indymedia, c’est à l’ensemble des organisations d’extrême gauche européennes que le gouvernement allemand envoie un message d’intimidation. Dans un contexte marqué, dans plusieurs pays comme en France ou en Grèce, par la réémergence de mouvements d’extrême gauche au sein des mouvements sociaux, les pouvoirs publics accroissent les politiques répressive en criminalisant ces mouvements. Attaquer les journaux des organisations politiques en prétextant que ceux-ci véhiculent des « propos haineux » montre bien toute l’hypocrisie des pouvoirs publics allemands quand ils prêchent en faveur de la « liberté d’expression ».

En France, Macron, comme Hollande avant lui, n’ont pas manqué d’utiliser la figure du « casseur » pour criminaliser la jeunesse mobilisée contre la loi travail ou contre les violences policières. De même, l’état d’urgence, sans cesse reconduit sous prétexte de menace terroriste, a permis de nombreuses perquisitions et assignations a résidence contre des militants politiques. Dans ce contexte, tous les militants qui participent à l’élaboration de Révolution Permanente, ayant conscience de l’épreuve à laquelle font face les militants qui animent linksuten.indymedia souhaitent adresser leur soutien à leurs camarades allemands qui font face aujourd’hui à la répression de l’Etat allemand.




Mots-clés

médias   /    Etat d’urgence   /    Allemagne   /    Répression   /    Monde