^

Politique

Blasphème à Jupiter ?

Un retraité en garde à vue pour un doigt d’honneur à Macron

Lors de la visite du Président de la République dans les Vosges, un retraité fut placé en garde à vue pour avoir été soupçonné d’avoir injurié Emmanuel Macron avec un « doigt d’honneur ». Des cheminots étaient présents lors du rendez-vous pour manifester eux aussi leur colère contre la réforme du statut cheminot.

Mercredi dernier, le Président de la République était en visite dans le département des Vosges, plus exactement dans la ville de Saint-Dié-des-Vosges, dans l’objectif de promouvoir son nouveau plan de revitalisation des villes moyennes, nommé « Action cœur de ville ». Le nouveau président aime les bains de foules, c’est déjà une habitude et ce, en dépit de son court mandat et malgré les habituels interpellations, huées et sifflements des habitants à son encontre.

Cette fois-ci, alors que Macron se faufilait encore une fois entre les sifflements, les huées et les cris, devant la mairie de Saint-Dié-des-Vosges, où pas mal de monde s’était rassemblé pour protester contre sa présence, un retraité en colère l’interpelle et a un échange tendu avec lui par rapport à la hausse de la CSG. Lors de cet échange, l’ancien travailleur finit par honorer le chef de l’Etat en lui montrant son majeur. Geste « obscène » pour certains ou « outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique » pour la jurisprudence bourgeoise, en fin de compte notre pauvre et courageux retraité de 61 ans a été interpellé par les forces de l’ordre et a fini sa journée en garde à vue.

Le jeune retraité, évidemment inconnu des services de police, a avoué les faits en garde à vue lors de son audition. Convoqué pour le 28 mai prochain par le délégué du procureur au tribunal de Saint-Dié, il peut encourir 6 mois de prison ferme et 7500€ d’amende. Un énième cas de cette justice à deux vitesses qui punit ceux qui luttent et ceux qui protestent contre le gouvernement du CAC40 et la finance, quand la caste politicienne, elle, peut impunément voler l’argent de l’Etat sans risquer la prison.

En tout cas, un grand merci à ce retraité qui a réussi à faire ce que des millions des français souhaitent, pouvoir exprimer leur colère face à face à l’encontre du président des riches. Les forces de l’ordre ont démontré une fois de plus leur lâcheté et couardise en interpellant un retraité de 61 ans, inconnu de la police : hier soir, ils avaient tabassé des étudiants qui occupaient pacifiquement l’université de Tolbiac et qui protestaient contre ce même gouvernement qui a outré ce jeune retraité ; 10000 grenades lacrymogènes ont été projetées contre les zadistes ; sans oublier la répression syndicale menée à outrance par les gouvernements successifs.

Geste obscène ? outrage à l’autorité publique ? En réalité, le geste du retraité est le reflet de l’impuissance et la rage de millions de personnes contre un président démagogue, pédant et arrogant. Ce qui est obscène, c’est d’augmenter la CSG et baisser l’ISF, obscène de détruire les services publics et les droits des travailleurs, obscène de vivre dans le luxe alors qu’il fait pleuvoir les missiles au Moyen-Orient. Ce qui est obscène, c’est Macron et son monde, et contre tout cela, tous les travailleurs et étudiants manifestent, contre tout cela s’est manifesté notre jeune retraité, à sa façon...




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Répression   /    Politique