^

Société

Maltraitance

« Une douche toutes les deux semaines » : les conséquences du manque de soignants en maison de retraite

Six soignants pour 44 résidents, voilà comment fonctionne - ou plutôt ne peut pas fonctionner - l’EPAHD (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) de Moussac. C’est ce manque de moyen, qui est malheureusement plutôt la norme, qu’ont décidé de dénoncé jeudi les soignantes et résidents de cet EPAHD de Moussac, dans le sud du Gard.

Depuis quelques semaines, entre la baisse des aides et la fin des contrats aidés depuis décembre, le nombre de soignants a diminué.

Sonia, aide-soignante depuis l’ouverture de l’EPAHD témoigne :
« Sur 44 résident, il y a 40 toilettes, les bons jours on est 4 soignants donc ça fait 10 toilettes. On doit doit passer 7/8mn par chambre. On va devoir délaisser une douche, déjà qu’ils n’ont qu’une seule douche par semaine, on va passer à une toutes les deux semaines. »

« C’est inhumain, on nous culpabilise. On dit que c’est de la maltraitance, mais nous on appelle ça de de la maltraitance institutionnelle, et nous on se bat contre ça aujourd’hui. »

Les résidents et soignants de cet établissements publics sont dans une situation que le gouvernement ne risque pas d’améliorer. Lors d’une conférence de presse, Frédéric Valletoux, le président de La Fédération hospitalière de France (FHF) a évoqué un risque de suppression d’emplois important - « parfois jusqu’à la moitié des effectifs » dans certains établissements ; et a conclu par« Les réponses d’attente du ministère nous inquiètent ».

Crédits photos : © Radio France - Fabien Fourel




Mots-clés

Retraités   /    Société