Genres et Sexualités

« Trois options m’ont été offertes : me conformer au ‘dress code’ masculin, quitter mes études ou trouver un nouvel établissement »

Une étudiante Trans menacée d’exclusion pour avoir porté un uniforme féminin

Publié le 19 octobre 2016

Il y a deux jours, Lily Madigan, une adolescente anglaise de l’établissement catholique St Simon Stock à Maidstone, a été contrainte d’avoir recours à un avocat après que la direction l’ait menacée d’exclusion pour avoir porté un uniforme féminin.

Xavier Dolan Z

Un soir en rentrant du lycée, l’étudiante de 18 ans a été contrainte de faire appel à un avocat, après que le personnel de l’établissement lui ait dit qu’elle n’était pas autorisée à porter des vêtements appartenant au dress code féminin, de se changer dans les vestiaires féminins ou d’utiliser les toilettes pour femmes, lorsqu’elle se trouve au sein de celui-ci.

L’étudiante n’est pas non plus autorisée à faire la demande auprès des professeurs, qui de fait refusent d’appliquer la requête, de l’appeler ‘Lily’, son nom légal, ou d’utiliser des pronoms féminins lorsqu’ils s’adressent ou font référence à elle.

Née en tant que Liam, Lily a fait son ‘coming out’ en tant que transgenre en janvier et a fait le choix en mars dernier d’aller au lycée vêtue de vêtements pour femmes.

« La première fois que je suis allée au lycée avec le ‘dress code’ féminin je me sentais vraiment bien. Comme si je vivais. Je me sentais moi-même. Mais j’ai été traitée comme si je faisais quelque chose de mal et ai été renvoyée chez moi pour ‘casse du code vestimentaire’  » rapporte Lily.

Des étudiants, profondément heurtés par cette histoire révoltante, ont pris l’initiative de lancer une pétition en ligne réclamant la permission pour les personnes Trans de pouvoir suivre le dress code qu’il leur convient. La pétition a maintenant atteint plus de 200 signatures et est étoffée de messages de soutien et de dénonciation des pratiques de l’école :

« L’établissement prétend traiter tout le monde ‘comme sa famille’ mais le règlement prouve qu’il en est loin. La principale préoccupation devrait être le bien être des élèves et de faire de l’établissement un espace d’étude convivial »

« Continue de te battre Lily x »

« Je suis une fille Trans et je dois aller à l’école en essayant de vivre comme un homme et cela me heurte énormément émotionnellement »

Malgré cette protestation, l’établissement refusa de revenir sur ses dires et Lily fut confrontée à trois propositions : se conformer au dress code et donc porter un costume et une cravate à l’école, abandonner ses études ou trouver un nouvel établissement.

« Je suis rentrée dans une période de dépression parce-que tout allait mal et mon assiduité a fortement chutée ». Rappelons que selon les études rapportées par Trans Mental Health Review en 2012, 70% des personnes Trans ont déjà pensé au suicide et 33% ont fait au moins une tentative.

Ne pouvant rester dans cette situation, Lily a fait appel à un juge. « J’ai engagé un juge parce que ma famille et l’école n’ont pas du tout été solidaires » explique Lily. « Je me sentais isolée et terriblement seule ». Le juge a envoyé une lettre à l’établissement en revenant sur les droits dont dispose Lily et menaçant d’une procédure en justice s’il ne les respectait pas.

Une semaine plus tard, l’établissement accepta de considérer Lily comme une étudiante de genre féminin et lui a envoyé une lettre s’excusant d’avoir pu causer des « souffrances non intentionnelles ».

Lily aspire maintenant à faire des études de stylisme et de marketing à l’université et se sent mieux sachant que l’incident est derrière elle.

« Faire un coming out en tant que Transgenre est vraiment quelque chose d’effrayant. Mais en regardant en arrière, il ne devrait pas en être ainsi. C’est pour cette raison que je fais tout ça. »

Le message d’espoir que porte Lily, étudiante anglaise, doit dépasser les frontières et être vecteur d’espoir pour toutes les personnes Trans faisant face à des discriminations sur leur lieu d’études ou de travail. C’est ainsi que dans une interview adressée au Huffington Post, Lily finira par dire : « A tous les étudiants transgenres, continuez de vous battre. Ne vous laissez pas abattre. »