Société

MASSACRE ET IMPUNITE POUR LA POLICE

Une fillette de 11 ans blessée par deux tirs de flash-ball n’obtiendra pas justice ! L’affaire est classée sans suite.

Publié le 1er juin 2016

Claire Manor

Le 29 mars dernier, dans le quartier de Montaigu à Melun une fillette avait été blessée de 2 tirs de flash-ball par des policiers qui tentaient de disperser un attroupement hostile.
Deux mois après, l’enquête de police confiée à la sûreté départementale est bouclée et la procureure de Melun a classé le dossier sans suite. Le sort de cette jeune victime, élève de CM2, vient rejoindre celui des multiples victimes des tirs de flash-ball, blessées une 2ème fois par la justice après l’avoir été par la police.

11 ans, deux balles, et des cauchemars toutes les nuits

Vers 20 heures, alors qu’elle revenait tranquillement de chez une copine, la fillette a été frappée de deux tirs successifs de flash-ball. L’un l’a touchée à la jambe et l’autre dans le dos. Sa grande sœur de 14 ans qui l’accompagnait raconte : « J’ai vu plein de fumées et j’ai commencé à courir avec ma petite sœur, qui a commencé à se plaindre d’avoir mal. Elle est devenue toute bleue et toute violette. ». En raison de ses blessures, elle a subi 21 jours d’incapacité totale. Mais là ne s’arrête pas le préjudice. Sa mère qui a porté plainte explique que depuis ce jour-là, sa fille « fait des cauchemars toutes les nuits et qu’elle doit la conduire chez le psychologue ».

Classement sans suite, rien que du très habituel

« C’est une affaire qu’on suit de très près », « Les policiers et la famille de la victime vont être entendus » avait assuré la procureure de Melun, Béatrice Angelelli. Aujourd’hui, le « verdict » est tombé : classement sans suite. Un nouveau coup très lourd porté à la fillette et à sa famille quand on sait le rôle que joue dans la reconstruction psychologique la reconnaissance du statut de « victime ».

Cette issue de l’enquête n’a cependant rien de rare, même si l’injustice est révoltante. Déjà en 2014, Mediapart avait réalisé un recensement des ravages causés par les tirs de flash-ball et de l’impunité qui en résulte dans la plupart des cas, qu’il s’agisse de « bavures » ou d’intention volontaire : « Selon notre décompte, depuis 2004, plus d’une trentaine de personnes ont été grièvement blessées par des lanceurs de balle de défense en France. Parmi elles, quatorze ont perdu un œil. Et un homme est décédé à Marseille en décembre 2010. Mais de non-lieus en relaxes, seuls deux policiers et un gendarme ont été condamnés. »

Une police armée jusqu’aux dents et sûre de l’indulgence de la justice

Depuis, les cas se sont multipliés. Les blessures par flash-ball ou autres armes meurtrières utilisées par la police sont de plus en plus fréquentes et graves mais toujours tolérées par l’Etat, sa police et sa justice.

Toutes les astuces juridiques sont bonnes pour protéger les forces répressives de l’Etat des rigueurs de la justice : éviter les assises comme ce fut le cas en 2015, pour ce policier marseillais auteur d’un tir de Flash-Ball mortel, traduit devant le tribunal correctionnel au lieu de passer aux assises comme le demandait le Parquet. Invoquer la « légitime défense » méthode très fréquemment utilisée et acceptée. Recourir à des peines symboliques assorties de sursis. Sans parler des témoignages arrangés entre collègues flics ou des PV mensongers comme l’a reconnu en 2015, le gardien de la paix à propos du tir qui avait grièvement blessé au visage Rachid Tidjani.

Halte aux armes meurtrières et justice pour les victimes

Les pétitions et appels se multiplient pour exiger d’en finir avec les armes meurtrières, flash-ball, lanceurs de Balles et autres tazers dont les ravages ne se comptent plus contre les manifestants, la jeunesse des quartiers et tous ceux qui ont le malheur de se trouver sur le passage, comme ce fut le cas pour cette gamine de 11 ans.

Victime sans raison d’une violence aveugle, elle n’a même pas la consolation d’un préjudice reconnu. Il est vraiment temps d’en finir avec autant d’iniquité.