^

Jeunesse

Nouveau souffle à l'université Paris 1 en ce début de semaine

Université Paris 1 : 800 personnes en Assemblée Générale votent la grève reconductible

A la suite du blocage reconduit depuis le 22 mars et la mobilisation réussie des travailleurs du rail, de la fonction publique et des étudiants, une Assemblée Générale s'est tenue ce matin du lundi 26 mars à la fac de Tolbiac Paris 1. 800 étudiants, professeurs et personnels étaient réunis ce matin pour décider des suites de la mobilisation. L’AG a décidé, à une nette majorité, de reconduire le blocage cette semaine en appelant notamment à des actions de solidarité et de convergence avec les cheminots, dans les gares et en manifestation.

Crédits photo : Stéphane Burlot, printemps 2016

A la suite du blocage reconduit depuis le 22 mars et la mobilisation réussie des travailleurs du rail, de la fonction publique et des étudiants, une Assemblée Générale s’est tenue ce matin du lundi 26 mars à la fac de Tolbiac Paris 1. 800 étudiants, professeurs et personnels étaient réunis ce matin pour décider des suites de la mobilisation. L’AG a décidé, à une nette majorité, de reconduire le blocage cette semaine en appelant notamment à des actions de solidarité et de convergence avec les cheminots, dans les gares et en manifestation. L’unité avec les travailleurs du rail est apparu comme une évidence aux yeux des étudiants mobilisés contre le Plan étudiants, pour qui le caractère global des offensives de Macron ne fait aucun doute.

De plus, l’agression politique dont ont été victimes les étudiants mobilisés de la fac de droit de Montpellier, passés à tabac par des militants fascistes avec la bénédiction du doyen de l’université (démissionnaire depuis), était encore présente dans les esprits ce matin et un fort esprit de solidarité animait l’assemblée générale.
Tous les moyens de la lutte appartiennent aux étudiants mobilisés qui ont toute liberté d’en discuter. Néanmoins, contre l’opposition au sein de l’AG, conduite par les associations étudiantes prétendument « apolitiques » qui n’ont d’autres objectifs que de priver la lutte de ses moyens d’actions, notamment du blocage, tout en déclarant ne pas s’y opposer, l’assemblée a fait la démonstration que la neutralité politique n’existait pas et qu’elle n’est que l’autre nom de ceux qui défendent les classes dirigeantes. La barricade n’a bien que deux côtés.

Toutes et tous en grève reconductible contre le Plan étudiants, la casse de la SNCF et de la fonction publique !




Mots-clés

Université Paris 1   /    Plan Etudiants   /    Sélection à l’université   /    Grève   /    Jeunesse