^

Société

Harcèlement policier

[VIDEO] Adama traité de « violeur » et de « repris de justice » par un policier interpellant un jeune se rendant à la marche

Alors que déjà au sortir de la marche du 22 juillet en mémoire d’Adama Traoré, les violences policières et la répression ont été insoutenables à Boyenval, preuve d’une volonté de vengeance suite à la mobilisation exemplaire où 2000 personnes ont défilé à Beaumont-sur-Oise, une nouvelle vidéo circule sur le net où l’on voit un policier traiter le défunt de « violeur. »

Alors que de plus en plus de preuves s’accumulent contre les gendarmes, rien n’avance juridiquement, et ce malgré le fait que récemment, une contre-expertise ait confirmé la mort par asphyxie d’Adama contrairement à ce qui avait été précédemment inventé par la justice et relayé par les médias. Cela, dans un climat où la famille et les proches mobilisés subissent un acharnement judiciaire incroyable. En effet, depuis le 19 juillet 2016, Bagui, Youssouf, Cheikne et Yacouba Traoré, Dooum’s et d’autres soutiens ont été arrêtés et certains dorment toujours en prison.

Au lendemain de la marche, un nouveau fait accablant a poussé Assa Traoré à porter plainte. Alors qu’un groupe de jeunes se rendaient à la manifestation à Beaumont-sur-Oise, dont plusieurs portaient des tee-shirt « Justice et Vérité pour Adama », des policiers les ont pris à partie au faciès et ont profité que l’un d’entre eux voyageait sans ticket pour le sortir du train de manière musclée. Alors qu’une des femmes se rendant à la manifestation interpelle les agents pour leur demander s’ils savent ou le groupe se dirige, celui-ci répond :

« Pour sauver un repris de justice, très bien ! Un violeur, très bien ! »

Face à cette nouvelle insulte à son frère, Assa Traoré a porté plainte pour injure et diffamation :

« Nous ne laisserons personne salir la mémoire de notre frère, mort le jour de son anniversaire. Nous nous sommes battus contre des mensonges, nous ne tolérerons pas plus les injures et diffamations. Nous porterons plainte systématiquement contre ceux qui s’en prennent à notre frère, mort entre les mains des forces de l’ordre alors qu’il n’avait rien fait. »

La vidéo de l’altercation visionnée plus de 800 000 fois met en évidence une fois de plus l’objectif de vengeance et la haine qui transpire du corps policiers à l’encontre de la mobilisation, corollaire de leurs pratiques dans les quartiers populaires. Pratiques qui ne se calment pas d’un pouce et dont ce nouveau fait n’est que le petit aperçu d’un harcèlement permanent, à l’image des descentes et des provocations quotidiennes à Boyenval en ce mois de juillet, à l’approche de la commémoration des 1 ans de l’assassinat d’Adama. Alors que de plus en plus de preuves accablent les forces de l’ordre et les mettent à nu, celles-ci continuent sans surprises d’inventer des justifications aux crimes de leurs collègues.




Mots-clés

Adama Traoré   /    Violences policières   /    Répression   /    Société