^

Jeunesse

Après Montpellier, Strasbourg, Tolbiac…

VIDEO. L’extrême droite à Paris IV : Insultes raciste, menaces de viol et crachats sur des étudiants mobilisés

Jeudi 12 avril, un groupuscule d’extrême-droite a menacé un groupe d’étudiants de l’Université Paris IV-Sorbonne sur le site de Clignancourt, entré mardi dernier dans la mobilisation étudiante. Un peu moins d’une dizaine de personnes masquées, se revendiquant ouvertement en tant que "hooligans", ont proféré des insultes racistes et menacé de viol une camarade avant de lui cracher dessus.

Cinq universités franciliennes sont désormais mobilisées. Après Nanterre, Paris-VIII Saint-Denis, Paris-I, dont Saint-Charles, Pierre-Mendès-France (Tolbiac) et le site Censier de Paris-III - Sorbonne Nouvelle, c’est au tour du site de Clignancourt de Sorbonne Université (faculté de lettres) de voter la reconduite du blocage jusqu’à mardi. Pour la première fois depuis sa construction en 2003, le site de Clignancourt de l’université Paris IV-Sorbonne, habituellement peu présent dans les mouvements sociaux, s’est mobilisé. Et après l’attaque du site de Tolbiac par l’extrême droite, c’est aussi au tour du site de Clignancourt de Paris 4 d’être visé. Nous relayons ci-dessous une vidéo publiée initialement par la page Paris 4 contre la sélection et la loi travail

Nous relayons également ci-dessous le communiqué voté en « Assemblée Générale du 10 avril 2018 du Comité de Mobilisation » :

Ce mardi 10 avril, une Assemblée Générale s’est tenue dans les locaux de la Faculté de Lettres de Paris Sorbonne sur le campus de Clignancourt, où plus de 700 participant·e·s (étudiant·e·s, enseignant·e·s et membres du personnel) ont pris part aux débats sur la situation générale de l’éducation en France, sur la loi ORE et les violences policières de la veille à Nanterre, à Lille et à la ZAD de Notre-Dame Des Landes, ainsi que sur la reconduction ou l’arrêt du blocus du centre universitaire de Clignancourt.

La reconduction du blocus fut plébiscitée à 556 voix, 146 se sont positionné·e·s contre, 1 s’est abstenu·e et 7 ne se sont pas prononcé·e·s lors du vote.
Le blocus des locaux de la faculté par les étudiant·e·s de Clignancourt se poursuivra donc jusqu’au lundi 30 avril, date à laquelle aura lieu une nouvelle assemblée générale. Ont également été adoptés à la majorité :

• Une motion de soutien à la ZAD de Notre-Dame Des Landes et une motion de soutien aux cheminot·e·s.

• La rédaction d’une lettre ouverte au gouvernement l’informant du retrait de la confiance des étudiants de Paris Sorbonne, Faculté des Lettres, concernant le domaine de l’éducation et de l’enseignement supérieur – en conséquence de quoi l’Assemblée Générale décrète la convocation des États Généraux de l’éducation.

• L’envoi de délégué·e·s à la prochaine CRE (Coordination Régionale des Étudiants) et la possibilité d’organiser cette même CRE par le Comité de Mobilisation des étudiants de la Faculté des Lettres de Paris Sorbonne.

Le Comité de Mobilisation de Paris Sorbonne-Université des Lettres.




Mots-clés

Extrême-droite   /    Répression   /    Jeunesse