^

Politique

Droit de vie ou de mort

VIDÉO. Londres : la police encouragée à foncer en voiture sur les personnes suspectées de « vol en scooter »

Désormais, à Londres, les forces de police sont autorisées et encouragées à foncer en voiture sur les personnes suspectées de « vol » en deux-roues si elles sont prises en en « flagrant délit », le tout en toute légalité. Traduction : pour un « vol à l’arrachée » présumé, les autorités londoniennes légalisent et encouragent la condamnation à mort ou à des blessures graves pour ces personnes. La barbarie de ce système ne semble pas avoir de limites.

C’est sur Twitter que Scotland Yard fait la promotion dans une vidéo de ses interventions. Au travers leurs caméras embarquées, la vidéo des plus choquantes montre des véhicules de police foncer à toute vitesse sur des personnes en scooter. Sur le côté, ou par l’arrière, les personnes suspectées de « vol à l’arrachée » sont percutées à toute vitesse pour les renverser et les interpeller. Les forces de police britanniques, avec la bénédiction des autorités, appelle cette nouvelle disposition légale : le « contact tactique ». Pour couronner le tout, les forces de police sont même formées par les autorités pour foncer « correctement » sur les personnes en deux-roues.

Pour faire la « promotion » de ses mesures criminelles, la police britannique affirme même que les « criminels en moto ou en scooter seront pris pour cibles ‘à chaque occasion’, même s’ils conduisent dangereusement, jettent leurs casques et se déguisent, a déclaré le chef de l’équipe Opération Venice ». Et tous les prétextes sont bons., de l’ « efficacité » de la mesure car elle aurait permis « d’arrêter 63 suspects » à l’effet « dissuasif » affirmant ainsi qu’ « il y a eu une réduction significative de la criminalité liée aux motos et aux scooters, avec une diminution de 10 974 infractions à ce jour cette année par rapport à 2017 ».

A Londres, être soupçonné de « vol » et présumé coupable par les forces de police, peut conduire à la mort ou à des blessures mortelles ou grave. Des avocats pénalistes ont déjà dénoncé cette loi évoquant « un vrai danger ». Pour réponse, a police londonienne ose une justification et affirme que cette méthode n’a « provoqué aucune blessure sérieuse » depuis sa mise en place…. Si les médias parlent de « décision radicale », cette mesure n’est ni anodine ni un simple « fait divers ». Elle est une expression de plus d’un nouveau saut dans les méthodes de répression des forces de police londoniennes qu’elle compte bien généraliser à l’échelle nationale et pourraient bien, donner de nouvelles idées à l’échelle internationale.




Mots-clés

Violences policières   /    Répression   /    Politique