^

Politique

"C'est pour ça qu'il faut voter NPA dans trois jours"

VIDEO. Philippe Poutou s’exprime sur la candidature Mélenchon

Lors du Grand Meeting final à Aubervilliers, Philippe Poutou s'est exprimé sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon, prenant ses distances avec le candidat et le projet de la France Insoumise.

« Mélenchon aujourd’hui on en discute beaucoup. Aujourd’hui, il y a une grosse pression sur vote utile par rapport à Mélenchon. On nous explique que Mélenchon a une chance au second tour, qu’il faut qu’il y soit parce que lui il pourrait représenter un espoir pour la France.

Nous on voudrait discuter. Qu’est-ce que ça veut dire un espoir pour la gauche ? Qu’est-ce que ça veut dire un espoir pour la population ? Est-ce qu’il faudrait à nouveau tomber dans un piège qui est celui de la sauvegarde de la gauche institutionnelle, de la gauche gouvernementale ?

Parce que Mélenchon quels que soient les aspects sympathique, combatif qu’il a, les aspects anti-austéritaire, il n’empêche que c’est quelqu’un qui a fait de la politique pendant toute sa vie, quelqu’un qui est resté au parti socialiste pendant trente ans, quelqu’un qui a été au gouvernement de Jospin pendant quelques temps, qui a appuyé les politiques libérales, dont notamment le démantèlement des services publics.

Mélenchon pour nous donc, il ne peut pas représenter une alternative, une perspective viable. C’est ça qu’on voudrait discuter, c’est pas une gauche qu’on veut rafistoler, pas celle-là, pas celle qui est électoraliste, qui nous a toujours promis des choses quand elle était en campagne et qui a toujours mené des politiques de droite, libérales, quand elle était au gouvernement. Donc le problème c’est comment on arrive à avoir une perspective qui soit la nôtre, qui soit celle de défendre notre camp social, de se regrouper, de faire justement de la politique nous-mêmes donc de discuter nous-mêmes de tout ça.

Et l’autre aspect qui nous sépare de Mélenchon, c’est que les drapeaux bleu blanc rouge vous n’en verrez pas beaucoup ici. C’est plutôt rouge, même les lumières sont rouges, ça on n’y peut rien. Notre identité c’est justement le drapeau rouge. C’est la contestation du système capitaliste, c’est les traditions du mouvement ouvrier et ce n’est certainement pas le drapeau français. Les camarades guyanais on en a parlé un peu parce qu’évidemment il y a des populations toujours colonisées. Et nous si on n’est pas colonisés on refuse ces valeurs communes « une et indivisible », on refuse le drapeau bleu blanc rouge, qui sont aussi son passé, son histoire coloniale de massacre des peuples, de pillage, de destruction des peuples, de guerres mondiales, de massacres dans les tranchées. C’est tout ce qu’il y a dans ce drapeau-là et c’est pour ça qu’on le refuse. Nous on veut discuter solidarité internationale. C’est ça qui est important, qu’on veut dire, que la gauche ce n’est pas une gauche de gouvernement, une gauche réformiste, chauvine, pour le protectionnisme solidaire. Même solidaire on n’en veut pas du protectionnisme. La gauche elle peut aussi être une gauche de combat, anticapitaliste, une gauche de notre camp social, qui s’organise et qui construit son propre outil.

Le vote utile, on est en plein débat dessus. Il y a 11 candidats il y a 11 vote utiles. Il va falloir choisir son vote utile. C’est utile de voter NPA. C’est utile parce que c’est tout ce qu’on a envie de dire, la colère contre ce système capitaliste, la colère contre les préjugés réactionnaires, contre toutes les formes d’oppression. C’est la dénonciation de ce système-là, de pillage de richesse et nous on veut affirmer notre socialisme, l’idée d’une société différente, planifiée, sous contrôle des salariés et de la population. On veut revendiquer notre écologisme radical, notre féminisme, notre antiracisme radical lui aussi, notre solidarité avec l’ensemble des populations. La perspective ce sont les luttes sociales, prendre la rue très rapidement et c’est pour ça qu’il faut voter NPA dans trois jours, voilà. »




Mots-clés

#Poutou2017   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    Jean-Luc Mélenchon   /    NPA   /    Politique