Notre classe

#AssezDeViesBroyées

Vague de suicides à La Poste : un nouveau France Télécom en vue ?

Publié le 6 octobre 2016

De nombreux médias ont récemment fait référence à la vague de suicides qui frappe les travailleurs de La Poste. Manque d’effectifs, tournées à rallonge, pression psychologique sur les postiers, le tout sous prétexte d’une certaine productivité. Les réorganisations, qui se traduisent par des suppressions de poste et la dégradation considérable des conditions de travail de ceux et celles qui restent, y sont probablement pour quelque chose. Cette situation va-t-elle perdurer jusqu’à ce qu’on puisse parler d’un nouveau phénomène « France Télécom » ?

Laura Varlet

Des conditions de travail toujours plus dégradées et une situation insupportable


Les profits encaissés par La Poste se comptent par centaines de millions d’euros et continuent sans cesse d’augmenter, en même temps que les conditions de travail se dégradent de manière vertigineuse. La politique de réorganisation de l’entreprise, qui vise essentiellement à réduire les coûts en supprimant des tournées tout en faisant travailler les postiers qui restent plus longtemps, est à l’origine d’une énorme souffrance au travail : plus de 7000 postes supprimés ces dernières années et une forte augmentation des cadences, voici la recette du profit à La Poste. Une enquête menée récemment par RTL témoigne de plusieurs suicides ces dernières années. En juillet dernier, le suicide de Charles Griffond, postier depuis 34 ans dans l’entreprise, avait produit énormément de commotion car le facteur pointait du doigt, dans une lettre rendue publique par sa famille, la responsabilité de l’entreprise dans sa situation, affirmant qu’il avait été poussé à bout.

De nombreux exemples viennent confirmer que la politique de la direction est bien celle d’augmenter les rythmes de travail au détriment de la santé psychologique et psychique des postiers. La Poste de Besançon a récemment été mise en examen pour travail dissimulé car les tournées finissent souvent plus tard que prévu : des postiers qui affirment n’avoir jamais pu finir leur journée de travail à l’heure, ayant plus de 900 boîtes aux lettres à faire ! Tout ceci constitue bien sûr des heures non payées par La Poste. Il faut ajouter que cette politique de la direction pénalise par ailleurs non seulement les travailleurs de La Poste, mais aussi les usagers de ce service : augmentation du prix des timbres et des acheminements de colis, en échange d’un service moins bon qu’avant puisque les travailleurs subissent des conditions de travail épouvantables.

Se battre pour les empêcher de détruire nos vies et celles de nos familles !


A l’image de la lutte que mènent depuis plus d’un mois les travailleurs de La Poste au Havre, ou encore ceux des bureaux de poste du 13e arrondissement de Paris, seule la lutte et la force des travailleurs pourront changer la donne et imposer à la direction de meilleures conditions de travail. Souvent à La Poste, malheureusement, on voit des luttes bureau par bureau, chacun dans son coin pour mener la bagarre, faisant face à la direction de manière isolée. Il est temps de changer cela, d’autant plus qu’en face il s’agit d’une même politique qui est mise en œuvre : celle des réorganisations, des suppressions d’emploi, et de la détérioration et de la casse de ce service public essentiel qu’est la Poste.