Société

Laïcité quand ça leur chante

La croix de la porte-parole de François Fillon fait polémique. Qui est Valérie Boyer ?

Publié le 28 novembre 2016

Dimanche, soir de la victoire de Fillon à la primaire de la droite, le pendentif religieux de sa porte-parole, qui était en direct sur France 2, n’est pas passé inaperçu. Cette croix arménienne, « signe religieux ostentatoire », nous rappelle encore une fois que la conception de la laïcité de ceux qui nous dirigent est à géométrie variable.

Léonie Piscator

Valérie Boyer, députée des Bouches-du Rhône et porte-parole du désormais candidat à la présidentielle des Républicains, est également connue pour ses positions conservatrices. Dimanche soir, alors que Fillon était donné gagnant des primaires de la droite, sa porte-parole était en direct de France 2… et arborait un pendentif en forme de croix qui a fait beaucoup parlé de lui.

Car cette même Valérie Boyer est également l’une des ardentes défenseures de l’interdiction du port du voile. Elle avait notamment tweeté en septembre : « Porter le voile est perçu comme un signe d’allégeance à notre ennemi. Je proposerai un texte pour y mettre un terme, luttons contre le salafisme ». Elle est de ceux qui se cachent derrière la notion de « laïcité » et la question du droit des femmes pour diffuser de nauséabondes idées islamophobes.

Sauf qu’apparemment, pour Valérie Boyer, la laïcité s’applique différemment selon la confession. C’est pourquoi, pour se défendre suite à la polémique, elle tentait d’expliquer que « il n’y a pas de commentaire à faire, puisqu’il ne s’agit pas d’un symbole d’oppression, bien au contraire ». Cette formule peut trouver plus ample explication dans un amendement de la Constitution qu’elle avait proposé à l’Assemblée il y a près d’un an et où elle écrivait notamment que « le christianisme nous a permis d’envisager l’homme comme un individu à part entière. La protection de la dignité humaine repose sur des valeurs chrétiennes. La France est une république laïque d’influence et de valeurs chrétiennes. Notre histoire s’est construite autour des rois et des Églises. Cet amendement n’impose pas un dieu, ni une pratique religieuse mais a pour objectif de rappeler dans notre Constitution pourquoi la France est la France ».

La laïcité est un thème récurrent chez ceux qui nous dirigent, mais bien des affaires nous prouvent qu’à leurs yeux, certaines religions sont plus acceptables que d’autres. Et Valérie Boyer qui est, rappelons-le, une supportrice de François Fillon de la première heure, mais aussi maire des 11 ? et 12e arrondissements de Marseille, n’hésite pas à afficher ses valeurs, partagées pour la plupart par le nouveau candidat à la présidentielle. En effet, comme François Fillon, Valérie Boyer est proche de la Manif pour tous et de l’idéal réactionnaire qu’elle véhicule. Elle a manifesté contre le droit des personnes homosexuelles à se marier, pour « stopper la casse de la famille », tout comme son favori.

Et comme si cela ne suffisait pas, lors de la dernière Pâque, elle s’était rendue avec quatre autres députés Les Républicains en Syrie, sur invitation de SOS-Chrétiens d’Orient, dont certains membres sont proches d’Action française.

Cette petite croix, affichée depuis toujours au cou de Valérie Boyer et remarquée lors de son passage sur France 2, n’avait donc rien d’anodin. Elle est le symbole de cette grande contradiction : comment assumer le pire des valeurs de la droite chrétienne réactionnaire tout en stigmatisant les autres croyances sous couvert de laïcité ? N’ayant probablement pas de réponse convaincante à cette question, Valérie Boyer a fini par cacher sa croix sous sa robe après la polémique qu’elle a suscitée.