^

Notre classe

Colère chez les personnels et les parents d’élèves dans le 93

Vendredi, rassemblement devant le TGI de Bobigny pour l’éducation et contre les casseurs en col blanc

Ce 23 février, une première AG des personnels de l’éducation nationale en colère, à Bobigny, a débouché sur un constat : les casseurs, ils sont au ministère et dans les commissariats, pas chez les jeunes et dans les établissements. Comme le faisaient savoir enseignant-e-s, parents d’élèves et jeunes dans une tribune parue dans Libération, un rassemblement aura lieu vendredi devant le TGI de Bobigny, à 18h, là-même où la répression s’est abattue contre l’une des premières manifs en solidarité avec Théo. Correspondante

A l’origine de cette AG de ville du 23 février réunissant personnels du primaire et du secondaire il y a le plan de re-sectorisation sur la commune de Bobigny qui est un paravent pour remplir au-delà de leurs capacités les établissements. La population de la ville augmente et au lieu de construire un nouveau collège, l’idée est de raser un collège existant, Pierre-Sémard. Délibérément non entretenu par les services publics, ce pourrait être une façon de donner un prétexte pour le raser et récupérer le terrain à des vues de spéculation immobilière, à proximité de la future gare du Grand-Paris-express.
Un nouveau collège sera construit d’ici 2020 pour remplacer l’ancien… alors qu’il faudrait rénover Pierre-Sémard, tout en maintenant la construction d’un nouveau collège pour éviter que les établissements soient en sureffectif, et ce alors que les moyens diminuent et les personnels de vie scolaire aussi. Dans le cas du collège Auguste-Delaune, il est prévu pour 600 élèves à l’origine, mais des « experts » sont venus et ont affirmé qu’il pouvait en accueillir 700 !
Dans ce contexte, mais également parce que leur collège est très délabré et que les problèmes avec la hiérarchie en interne sont multiples, les personnels du collège Pierre-Sémard se sont mis en grève à 70% jeudi et vendredi dernier. Ils ont a nouveau débrayé le jeudi 2 et rempilent le 3 mars.
C’est dans le cadre d’une AG de ville, donc, qu’il a été décidé d’appeler à un rassemblement pour alerter la presse, l’opinion publique et interpeller les candidats sur la « casse de l’éducation »… tout en faisant passer un message politique pour contrer le discours sur les jeunes « casseurs ». C’est aussi une façon, pour les personnels de l’éducation et parents, face à la campagne contre Théo et les jeunes y compris lycéens mobilisés, de prendre leurs responsabilités.
En outre, de la revendication d’un cinquième collège et la rénovation de Pierre Sémard, il sera présenté, lors du rassemblement de vendredi, le blog « livre noir » sur le délabrement des locaux et des conditions d’enseignement : les vrais casseurs ce sont les responsables politiques et administratifs qui abîment l’éducation. Pas les jeunes. Preuve que le problème englobe tout le 93, une délégation de grévistes du Lycée Rostand de Villepinte sera également présente.

[Crédit photo Paris-luttes.info]




Mots-clés

#JusticePourThéo   /    93   /    Education   /    Notre classe