^

Notre classe

Quand La Poste prend le triste chemin de France Télécom..

Victime de harcèlement au travail, une salariée de la poste se suicide à Sarlat

À Sarlat en Dordogne, une factrice de 44 ans a été retrouvée pendue à son domicile mercredi dernier. A cause de la dégradation de ses conditions de travail et du harcèlement imposés par sa hiérarchie, la postière était déjà en arrêt de travail pour dépression. Le matin de son suicide, elle a reçu une visite de contrôle médical. Elle est passée à l'acte quelques heures après cette visite..

L’aggravation de son état de santé était principalement dû à la pression mise par certains de ses supérieurs. Avant de mettre fin à ses jours, elle a envoyé plusieurs messages à ses collègues de travail en abordant notamment le harcèlement dont elle était victime.

Sud PTT a déclaré dans un communiqué : « Des échanges SMS, dans la matinée, attestent en termes précis de la causalité de son angoisse. ». La direction de La Poste, malgré les faits qui dénoncent directement les conditions de travail comme cause du suicide, appelle à la « prudence » et à « ne pas tirer de conclusions hâtives ».

Pourtant ce sont bien les conditions de travail qui poussent certains au suicide. Sud PTT confirme que le site sur lequel travaillait la Postière (La plate forme de Soriac) subit un « management de combat ». Le poste de la factrice en question devait même être supprimé. Pour la CGT, ce suicide « n’est pas une surprise », surtout au vu des conditions de travail dégradées par les réorganisations et les harcèlements. Beaucoup de cas sont effectivement recensés.
La politique de réorganisation de La Poste que mène la direction depuis la privatisation en 2010, cherche essentiellement à « réduire les coûts ». Cela revient à supprimer des emplois (Plus de 7000 ces dernières années) et à augmenter les cadences pour ceux qui ont la chance de rester en poste. Une situation qui rappelle celle de France Télécom après sa privatisation

A la poste, ce n’est pas le premier cas de suicide qui met en cause les mauvaises conditions de travail. Le taux de suicide à La Poste augmente de manière dramatique depuis le début de sa privatisation (en 2016, plus de 50 suicides ). Des cas comme celui de Charles Griffond mettent clairement en avant leur travail comme principale raison du suicide. Ce dernier avait laissé avant de mettre fin à ses jours une « lettre d’un facteur désespéré »
Les postiers, l’une des professions les plus impactées par la réduction des effectifs et les réorganisations incessantes imposées par la transformation de l’entreprise publique, font face à des conditions de travail qui se dégradent toujours plus au profit d’une rentabilité aveugle.

En réaction à la nouvelle, Gaël Quirante (SUD Poste 92) dit « ressentir une énorme tristesse et une énorme colère ». Lui qui se bat contre son licenciement avec les postiers du 92 depuis mars dernier rappelle que certains postiers doivent désormais travailler "le matin et l’après-midi", soit "une double charge" pour "le même salaire". SUD poste 92 a d’ailleurs appelé vendredi les autres organisations syndicales d’Ile-de-France à lancer "une grève régionale" le 13 novembre contre la dégradation des conditions de travail des postiers.

Photo : burdigala