Notre classe

Victoire des femmes de ménage du B&B Hôtel de la Joliette à Marseille

Publié le 4 juillet 2016

En mars déjà, les femmes de chambre de l’hôtel Golden Tulip Villa Massalia ont gagné après deux semaines de grève. Depuis près d’un mois, les femmes de ménage du B&B Hôtel de la Joliette à Marseille sont en lutte contre le prestataire de service Propéo, sous-traitant du label hôtelier. Soutenues par la CNT - Solidarité Ouvrière Nettoyage et la CGT Propreté, elles ont réussi à mettre fin à des règles qui relevaient du quasi-esclavage. Par exemple, elles n’étaient pas payées en fonction de leur temps de travail mais en fonction du nombre de chambres. Par ailleurs, l’annualisation des contrats de travail entraîne le non paiement de dizaines d’heures supplémentaires.

Romain Lamel

Après une dizaine de jours de grève autour de la mi-juin, les femmes de ménage du B&B Hôtel de la Joliette ont repris la grève vendredi pour obtenir la satisfaction de leurs revendications le lundi 4 juillet. Après une longue après-midi de négociation avec le patron, les salariées en grève ont obtenu un protocole de fin de conflit validant l’essentiel de leurs revendications : décompte du temps de travail (fin du paiement en fonction du nombre de chambres effectuées, fin de l’annualisation des contrats), prise en charge de l’entretien des tenues, obtention d’une prime de panier et paiement d’une partie des jours de grève.

Les femmes de ménage de l’hôtel B&B de la Joliette nous prouvent à toutes et tous que seule la lutte paie et que la grève peut faire reculer les patrons les plus arrogants. Leur lutte est un exemple pour nous toutes et tous !

partager

Mots-clés